[Zec] Carnets de voyages

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Zec] Carnets de voyages

Message par Ezechiel le Lun 16 Juin 2014 - 19:14

Bien le bonjour / bonsoir à tous !
Je suis heureux d’inaugurer la future rubrique des Carnets de voyage. (Ilfasidrel je compte sur toi, cette idée est vraiment intéressante !) 


Afin de faciliter votre lecture, je diviserai mon récit en chapitres, chaque chapitre correspondant à une certaine période de mes pérégrinations (soit environs un chapitre par lieu où j'ai vécu :p).



Hors donc, Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, voici les récits de voyage de Zec, apprenti forgeron !


Chapitre I : Révélation et voyage


Ce récit commence en Juillet 2010, j'avais alors 17 ans et se termine en Juin 2011.
Après lecture de la Quête et des Mondes d'Ewilan, j'ai pris conscience de la vacuité de la vie que je menais à l'époque. C'est pourquoi je me suis inscrit sur ce forum, pour apprendre, évoluer, grandir. Vivant dans un cadre de vie assez difficile, j'étais plus habitué à la violence des rues qu'à l'harmonie et la paix intérieur, c'est l'une des raisons qui m'ont poussées à quitter cette vie afin de forger ma propre voie. Fort de ce constat, entraînant malgré moi ma sœur dans mes "aventures", j'ai pris la decision de me rendre en Amérique, symbole de la liberté et des nouveaux départs.
Il m'a suffit de mes économies pour acheter nos billets et nous voilà partit pour les states ! C'était en Août.
L'avion était à destination de la nouvelle-Orléans, là-bas nous avions rendez-vous avec une correspondante Américaine qui vivait dans la région (j'avais choisis la destination pour cette raison). Elle et sa famille nous ont hébergés chez eux à Beaumont pour deux mois durant lesquels nous avons chercher du travail. J'ai assez rapidement trouvé un job de livreur, ma sœur s'est mise à bosser comme serveuse et avec l'argent on a rapidement pu louer notre propre appartement. C'était un deux pièces miteux, mais c'était chez nous et nous étions indépendants.
Bien sûr, même si je ne me suis pas attardé sur ma situation familiale, nos parents étaient inquiets, mais un coup de fil par mois suffisait à leur assurer que nous allions bien et que nous n'avions aucun problème.
Une fois les deux premiers mois passés, nous avions une rentrée d'argent stable, des gens autour de nous qui respectaient nos choix (les gens de cette ville étaient tous extrêmement gentils, tout le contraire du stéréotype de l'américains moyen) et nous avions enfin un peu de temps à nous. Ma sœur a profité des huit mois suivants pour rencontrer des gens et se faire des amis, moi je me suis contenté de m’entraîner physiquement (à l'époque j'avais un certain surpoids) et de méditer, même si avec le recul je comprend que ce n'était pas vraiment de la méditation, plus une certaine réflexion sur moi-même.
Une fois passés dix mois, nous sommes rentrés en France, plus par obligation qu'autre-chose, après tout nous étions des immigrés clandestins quand même ! Nous étions entrés comme touristes pour ensuite disparaître des radars, ce qui nous a valus une magnifique expulsion du territoire et un retour en France assez brutal.
C'est à cette époque que je suis revenu sur le forum de manière active, car durant ces dix mois je n'avais fait que passer de temps en temps pour déposer un ou deux post dans le sujet racontant mon périple qui a depuis disparut (je ne sais pas pourquoi, mais c'est la raison pour laquelle j'écrit tout ça, donc tant pis !).
Après quelques réflexions, j'ai choisi de suivre une autre voie que celle de livreur de pizza, et j'ai choisis de passer un CAP de forgeron, mais ça c'est une autre histoire !






Chapitre II : Question d'équité


Cette partie ne me fait pas bouger physiquement, mais c'est une période durant laquelle j'ai été très peu actif ici à cause d'une autre activité, elle compte donc dans mes "voyages".
Après mon retour, Qwerty (que je soupçonne d'avoir trois ou quatre comptes en tout sur le forum pour je ne sais quelle raison :p) a eu la bonne idée de m’entraîner sur un forum alternatif. Sur ce forum, accès sur un point de vue plus "matérialiste" et "concret" du Sha'Dho, j'ai eu l'occasion de débattre, échanger, râler et rire, tant avec Qwerty qu'avec les autres membres et un correspondant Japonais sur lequel je reviendrai dans un autre chapitre. Je n'avais pas abandonné ce forum pour autant, je passait encore de temps en temps, mais à l'époque l'affluence de nouveaux-venus du au retrait du test d'entrée m'a fait délaisser quelque peu les abords de ce lieu.
Peu de temps après, le forum de Qwerty sombra et moi avec.
Avant mon grand retour début 2012 en Janvier. C'est à ce moment que j'ai vraiment commencé à re-participer au forum de manière active, échangeant avec vous encore et toujours dans une ambiance qui malheureusement se détériorait petit à petit.
C'est Sasori qui à l'époque a su tirer la sonnette d'alarme. Le flood, les membres irrespectueux et les sujets affligeants était alors une véritable plaie. En Mars, j'ai su tirer ma révérence, partant en apprentissage pour devenir forgeron, me promettant de revenir si le forum survivait.
Et ce fut le cas, grâce à un changement de staff et une prise de conscience des membres, ce forum n'a pas sombré et a survécut ! La suite cependant, appartient au prochain chapitre.




Chapitre III : Apprentissage ici et ailleurs


En Avril 2012 je suis partit vivre à Tours en région Centre où j'ai suivis pendant un peu plus d'un an un apprentissage extrêmement riche chez les Compagnons du Devoir. ces braves gens forment les meilleurs artisans de France et je suis heureux d'avoir pu passer ne serait-ce qu'un an à apprendre auprès d'eux. Durant de longs mois, j'ai appris à manipuler l'acier pour lui donner la forme de mon choix, j'ai appris à souder des pièces métalliques afin d'obtenir un objet solide, j'ai appris à créer un moule et à y couler de l'acier fondu afin de créer des pièces uniques.
Grâce à mes formateurs et amis, j'ai eu l'occasion d'assister à de nombreuses créations d’œuvres magnifiques. cependant, n'atteignant pas leur niveau j'ai fait le choix de poursuivre mes efforts, encore plus loin, et d'avancer vers mon objectif. Que j'ai pu atteindre en Juillet 2013, où j'ai obtenu mon CAP de forgeron et un billet d'apprentissage pour le Japon.
Ha le Japon !
Je conçois que pour certains d'entre vous ils puisse ne s'agir que d'un pays asiatique un peu lointain, mais depuis l'enfance j'ai toujours été fasciné par les histoire de Samurais, les Guerre de clan, l'Honneur et la culture de ce pays si cher à mon cœur.
Je suis arrivé à l'aéroport d'Osaka, puis après un petit trajet en bus de l'aéroport jusqu'à la gare (l'aéroport étant sur une île artificielle), j'ai pris la version Japonaise du TGV (le Shinkansen) pour me rendre jusqu'à la ville d'Izumo, puis à nouveau un bus jusqu'à Hamada, une petite ville côtière où habitait le maître auprès duquel je devais suivre mes cours. Son nom est Sadatoshi Gassan, il vis habituellement dans la préfecture de Nara mais il avait du se déplacer pour trois ans à cause d'un proche malade et vivait donc dans cette ville à ce moment là. Cependant, étant donné que lui-même vivait chez ses proches, à deux pas de son atelier, ils n'allaient pas en plus loger les trois apprentis (dont moi-même). C'est pourquoi nous avons été installés dans le temple Shinto de la ville, dédié à Inari pour ceux que ça intéresse, en échange de quelques menus travaux (nettoyer le sol, faire à manger, rien de déplacé, juste ce qu'impose la bienséance). 
Chaque jour de la semaine (du lundi au samedi) était composé de la même routine, debout à quatre heures, échauffements, nettoyage des chambres, entrainement (on reste Sha'Dho, même à l'étranger), petit dèj, douche puis direction la forge du Maître, à environs 10 km du temple. Arrivée sur place vers 7h, on nettoie la forge, on ouvre les volets et on inspecte le matériel. 8H, le Maître arrive, on le salue puis on commence le travail. Après une courte pause le midi, puis à nouveau le travail jusqu'aux environs de 19heures, avant de retourner au temple, reprendre une douche, manger un morceau puis faire la vaisselle, le nettoyage du temple et enfin aller se coucher, épuisé mais heureux.
Le Maître forge une lame complète en quelques semaines, ce qui au final donne très peu d'occasions d'effectuer soi-même quelque-chose. La prise de photos étant interdite (secret professionnel oblige je suppose), j'ai du me contenter de prises de notes et de croquis fait à la vas-vite. Au plus rapide, le Maître forge une lame en deux semaines, au plus long et minutieux, il prend deux mois.
Au total, sept katanas ont vus le jour sous mes yeux en un an, j'ai pu participer à leur création dans une faible mesure mais je sais qu'il s'agit d’œuvres auxquelles j'ai pu apporter ma pierre.


Pendant un an complet j'ai vécu cette routine, profitant de mes dimanches, heureusement libres, pour m’entraîner, lire et explorer ce pays. En effet, j'ai eu l'occasion de prendre quelques week-ends complets pour aller visiter Osaka, rencontrer un ami vivant dans la région (dont Qwerty doit se souvenir), et surtout nourrir ma soif de découvrir ce pays magnifique !


Et ensuite ? Lors du dernier mois j'ai participe à un genre de "contrôle", organisé par Maître Gassan destiné à voir si nous avions bien suivis son enseignement. Le but était de forger un katana. Il ne devait pas être parfait, en un an c'était tâche impossible, mais il devait nous correspondre, surtout que celui qui réussissait voyais sa lame ploie par un maître polisseur de Kyoto et gagnait surtout un an d'apprentissage supplémentaire ! Nous passions les uns après les autres pour présenter nos œuvres après un mois de travail, par "chance" je suis passé le premier, ça m'a évité d'avoir à stresser en attendant mon tour.


Je ne sais pas trop pourquoi, mais j'avais décidé de ne pas suivre à la lettre les enseignements du Maître. Sa spécialité étant les lames courbes (classiques), je me suis dis qu'il serait plus simple de faire une lame droite proprement réussie qu'une lame courbe immonde comme je ne savais pas les faire. J'ai donc présenté ma lame, seule, sans garde, sans manche, sans fourreau. Il m'a demandé comment j'avais procédé, quels enseignements j'avais appliqué, quel acier j'avais utilisé, bref presque toutes les questions possibles, et pour moi ce n'était pas juste un test visant à voir quelle lame je ferai, je ressentait presque que ce test visait à nous chercher nous-même dans la forge.
Il n'a fait aucun commentaire, a déposé ma lame derrière lui et m'a demandé de faire entrer le suivant en sortant.
Sur le coup je me suis sentit déçut. J'ai cru bêtement qu'il estimait que mon travail ne valait pas de commentaire, mais je me suis rendu compte plus tard que c'était une pensée stupide, cet homme m'avait formé pendant un an, il savait déjà de quoi j'étais capable. Il n'attendait pas de moi que je réalise un travail magnifique, il attendait que je crée tout simplement, car quand on forge, on utilise pas son imagination pour créer des formes, on utilise son âme pour modeler l'acier.
Mes condisciples sont passés à leur tour, ils présentaient des lames courbes similaires à celles du maitre, ils avaient juste tentés de coller au maximum à ses enseignements. Leurs lames étaient magnifiques, la courbure était superbe, la hamon bien visible...mais ils n'avaient fait que "suivre une recette", et ce n'était pas ce que le maître attendait de nous.
Donc au final, c'est moi qui ai "gagné" ce concours qui n'en était pas un, ma lame à été polie, on lui a mis un pommeau, dotée d'un fourreau. Pas de garde, l'esprit n'y était pas. Et maintenant elle est à moi. Elle n'est pas parfaite, le hamon n'est pas très visible, mais c'est ma création, et je la garderai certainement comme symbole de mon avancement. Je retourne au Japon fin septembre afin de poursuivre mon apprentissage, et d'ici quelques années maître Gassan me nommera officiellement forgeur de sabre. Si tout se passe bien en tout cas !


Et maintenant ?




Chapitre IV : Maintenant


Maintenant, je suis ici, sur ce forum. Présent au moins jusqu'à fin Septembre quand je repartirai ver le Japon.
Comme vous avez pu le lire, ces dernières années ont été riches en expériences, je n'ai pas vraiment insisté sur certaines, j'en ai même oublié d'autres, mais ce qui est sûr c'est que tout cela m'a changé. Je ne suis plus cet adolescent bagarreur qui s'était inscrit sur ce forum il y a quatre ans, et même si je doute d'avoir atteint la sagesse de certains (oui c'est toi que je cible Ilhuin le sage !), je sais que j'ai pu avancer sur ma Voie. La suite de ce récit quand à elle sera écrite au travers des pages du forum, avec vous, en attendant que le mort-vivant du forum disparaisse à nouveau au loin.


Voilà mon histoire, ma vie, ma Voie.
Puisse cet exemple en entraîner d'autres, partagez vos expériences, partagez vos actes, car c'est du partage que naît l'apprentissage.
Lorsqu'un Admin le fera (si ça se fait), tout nos "carnets de voyages" seront réunis sous une catégorie du forum, un lieu ou chacun pourra partager ses expériences ou réagir sur celles des autres.


N'hésitez pas à poser des question, j'ai volontairement été incomplet, sans quoi mon récit aurai pris bien plus de place.


Puissiez-vous tous arpenter longuement vos Voies,
Ezechiel.



Edit Lunae : Pour ce qui l'ignorent Qwerty est aujourd'hui connu sous le nom d'Ender.


Dernière édition par Zec le Dim 19 Oct 2014 - 17:10, édité 1 fois

Ezechiel
Arpenteur de la Voie

Masculin Messages : 160
Date d'inscription : 08/07/2010
Age : 23
Localisation : Amiens

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Zec] Carnets de voyages

Message par Meta- le Lun 16 Juin 2014 - 21:16

Beaucoup de plaisir à découvrir ce que tu as écrit Zec, merci, vraiment, de nous faire partager tout cela, qui est, je trouve, vraiment passionnant.
Profite de la vie qu'est la tienne, peu de personnes ont la chance de parcourir un chemin tel que le tien, et j'espère qu'il te mènera aussi loin que possible sur ta Voie.
Forgeron est un très beau métier, et il faut être doté d'une belle finesse d'esprit pour réussir, par delà les compétences techniques à acquérir. Il y a, je crois, beaucoup de similitudes entre l'artiste et le forgeron; je dirai même que le forgeron est un artiste. Toujours dépasser la technique et mettre de son âme dans l’œuvre.

Tant que j'y suis, si tu pouvais me renseigner ici ou par mp (ça serait mieux) pour l'achat d'un ïaito, ça serait chouette. Je prévois dans les deux ou trois années qui arrivent de m'en acheter un, mais qui ait de "l'âme". Et je ne sais pas où.

Bref, je te souhaite une très belle route; je suivrai avec beaucoup d'attention et d'intérêt ton carnet de voyages, qui, je l'espère, se remplira au fil du temps!

____________________________________________________________________

Meta a.k.a Nerwen


"- Éviter toutes pensées perverses
- Se forger dans la voie en pratiquant soi-même
- Embrasser tous les arts et non se borner à un seul
- Connaître la Voie de chaque métier, et non se borner à celui que l'on exerce soi-même
- Savoir distinguer les avantages et les inconvénients de chaque chose
- En toute choses, s'habituer au jugement intuitif
- Connaître d'instinct ce que l'on ne voit pas
- Prêter attention au moindre détail
- Ne rien faire d'inutile"

Miyamoto Musashi; les 9 principes.

Meta-
Sha d'ombre

Féminin Messages : 1305
Date d'inscription : 04/09/2010
Age : 20
Localisation : Là-bas

http://www.apaoc.fr

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum