Le chaudron

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le chaudron

Message par Serpio le Dim 29 Mar 2015 - 22:32

Je fais ce sujet simplement pour pouvoir réunir et lister ce qui me marque, tant dans l'optique 
d'une quelconque progression que tout autre choses qui est à mes yeux suffisamment intéressant de partager.

De ce fait, ce que je pose ici est principalement pour moi, ça me permet de poser et réfléchir sur ce qui m'arrive, mais aussi, et je l’espère, pour que vous réagissiez si vous vous en sentez l'envie. ^^

Serpio
Serpent Sha Dho

Masculin Messages : 1212
Date d'inscription : 29/05/2011
Age : 20
Localisation : Un peu partout

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le chaudron

Message par Serpio le Dim 29 Mar 2015 - 22:32

Il y a quelque chose d'étrange qui est arrivé sans que j'y fasse réellement attention...
Elle peut se résumer par deux choses;
-La "pleine conscience"
-et cette phrase: "j'entend la ville qui chante, je l'entend qui respire et soupire, pleure et rigole, gémit et s'épanouies."

Je commence, non pas à devenir bon en Parkour, mais à comprendre certaines choses.... plus que de les comprendre, je les vis, je les ressent, et ensuite, je me met à y réfléchir.
Et c'est alors même que je n'agis plus par désir, que je n'agis plus dans et vers un but précis, que mon corps m'offre de nouveaux possibles.

Il se met à me demander des chose que je me forçais jusqu'alors d'accomplir, il me propose de lui même ces sensations avec lesquelles je fait maintenant mon quotidien.
Il me pousse alors même que je ne lui demande rien, et plus encore, il me suit et me fait savoir qu'il est là, à la fois faible et sensible, et fort, endurant, courageux. Capable d'efforts incroyable.

Et parmi tant de choses qu'il utilise pour me transmettre ces messages, une est sortie du lot récemment:
La perception.

Lorsque je marche dans les rues, lorsque je grimpe un arbre ou monte sur un toit, lorsque je cours ou que je m'allonge sur le sol, je ne me contente plus de mes yeux pour voir, de mes oreilles pour entendre et mes mains pour toucher...

Mon corps est là, et me transmet tant de choses. Je sais, je sent la texture que va avoir cette pierre si je pose ma main dessus, je sent que derrière ce mur, il y a un vide, je sent que du haut de cette terrasse, le vent siffle de cette manière.
Je sais déjà ce que je vais éprouver sur les gestes que je vais faire bien avant de les faire, peut être même alors que je ne les ferais pas.

Je ressent chaque instant qui séparent les mouvements de mes jambes, quand je marche dans la ville. Plus encore, je peux m'en évader et me mettre à tourbillonner, voler, sauter et bondir plus loin, plus, sans limites physique, parce que je sent ce que cela ferais sur mon corps, et le sachant, je peux l'isoler, l'écarter, et me lâcher.

Et, totalement inversement, lorsque j'évolue parmi cet endroit, lorsque je prend part totalement à la réalité, je n'agis plus seulement par moi même, mon corps m'aide, il m'apprend et me montre, il dirige et conseille.

Serpio
Serpent Sha Dho

Masculin Messages : 1212
Date d'inscription : 29/05/2011
Age : 20
Localisation : Un peu partout

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le chaudron

Message par Serpio le Ven 4 Sep 2015 - 12:23

J'ai fait du Stop, again.

Mais j'ai du partir de Montpellier tard, pour aller à Paris, j'ai réussit à décoller à 16 heure. Donc ouais, j'ai fait du stop by night.

Moult complications, et difficultés, j'ai dormis l'espace d'une demi heure sur une aire vers dijon, de 3 heure à 3 heure 30, étant arrivé à minuit à cette aire.
Le reste du temps, je passais entre les voitures à la stations essence, pour quémander une place.

C'était étrange, à partir de 15 heure quand j'ai commencé le stop, jusqu’à ce que je m'assoie sur le canapé de mon hôte, j'étais comme à part.

Un état dans lequel ce qui pouvait m'arriver... et bien, pouvait m'arriver, j'étais prêt.
J'avais une préférence d'horaire à tenir (arriver à paris avant midi), mais pas d'impératifs.
Donc comme un sentiment fort de liberté, mélangé à une bulle de plénitude sereine. J'étais comme exalté constamment, et toujours sur le qui-vive, prêt à tout, avec une confiance en mon adaptation et mes réactions accrue.
J'étais dans l'instant, à un point que je n'y étais plus vraiment tellement j'étais partout dans la réalité. C'est assez confus, et difficile à décrire, donc c'est bizarre, désolé. X)



j'ai ressentis fortement l'indépendance, le calme, l'harmonie.
Mon regard qui porte partout et qui vois la beauté en toute choses.
Je riais aux éclats en voyant des voitures se tromper de sortie dans un rond point, je chantais à en perdre la voix, j'avais le sentiment de pouvoir faire ça toute ma vie, et d'en être heureux.

 -------------------------------------------------------------------O-------------------------------------------------------------------

(edit octobre 2016)

Chanter a un effet terrible sur tous les aspect du stop!
L'humeur surtout. L'ambiance.
Chanter fort, s'amuser.

Se faire prendre en stop parce qu'on chante du roi lion c'est quand même drôle.

Et puis <Message du destin pour m'avertir 
De ne pas oublier mon cœur et ses sourires>>




Dernière édition par Serpio le Ven 28 Oct 2016 - 15:50, édité 3 fois

Serpio
Serpent Sha Dho

Masculin Messages : 1212
Date d'inscription : 29/05/2011
Age : 20
Localisation : Un peu partout

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le chaudron

Message par Serpio le Ven 18 Sep 2015 - 15:15

Ecrire, c'est quand même une sacré explosion de l’univers.

"
Waren à terre, menacé par l'épée d'un des douze gars qui les avaient prit par surprise, semblai blessé et plus qu'en mauvaise posture.


Le gars qui le menaçait, le crane chauve tatoué d'un gros crâne rouge, riais au éclats, son arme dans une main, celle de Waren dans l'autres.


-Alors c'est ça le groupe tant redouté de combattant sensé être dur à capturer?


Waren, malgré sa blessure, lui fit un sourire empli de moqueries.


-Il n'y a pas de combattant sans combat, nous prendre par surprise comme vous l'avez fait est lâche et n'entache absolument pas notre honneur.


Piqué au vif, le gars chauve, sembla s’énerver.


-Tu sais ce qui va être taché?! Tes vêtements!


Il leva le bras dans un geste fluide, continuant à menacer Waren avec l'autre, puis l'instant se stoppa.
Leoya se mit à crier, suivit par Meory. Gabron aussi, mais de rage. Il tira sur ses liens, mais rien n'y fit. Edrian aperçut même du sang perler de ses poignets.
Son gardien, encore entrain de lui attacher les mains dans son dos autour d'un tronc d'arbre, détourna alors son attention du prince pour rire avec ses camarades sur l'atroce jeux de mots de leurs chef.


Erreur autant ridicule que fatale.


Edrian senti le picotement.
Il tordit son poignets, ce qui desserra ses liens pas encore fermé, et le mit à porté de la ceinture du type, où était accroché un petit sabre de lutte.
Sa main se referma sur la garde de l'arme, et il tira violemment, lui faisant décrire un arc de cercle pour remonter dans le même temps vers le visage de son bourreau.
Celui ci ressenti une atroce douleur et, avant de comprendre d'où elle venait, mourut.
Le mouvement que venait de faire le prince lui avait semble t'il fait mal au bras, mais l'adrénaline écarta la douleur. Elle viendrait après le combat.


Le combat n'est pas un entrainement, c'est la vie qui se joue sur un instant, qu'il soit secondes ou éternité. On ne calcule pas la confrontation, on la vie.


Edrian trancha la gorge du gars surveillant Gabron à sa droite puis fit décrire une deuxième courbe au sabre pour tailler les liens.
Et sans un regard pour ses amis dont il était convaincu qu'ils se débrouilleraient, il se tourna vers Waren et son tortionnaire, séparé de lui par sept gars armés mais concentré sur l'exécution.


Tout allait se jouer sur très peu, il allait falloir aller vite.


Le chauve qui du coin de l’œil avait vu les mouvements d'Edrian se retourna tandis que le prince démarrait sa course. Il commença à crier pour prévenir ses hommes mais trop tard, la furie qu'il croyait ligoté était arrivé sur le premier homme.
Un coup dans le dos, entre deux vertèbres, envoya le mercenaire dans l'autre monde. Edrian tandis la main et tira une épée du baudrier de sa victime, il inversa ses armes de mains tandis qu'il fondait sur le deuxième qui avait à peine eu le temps de se retourner, exposant ainsi son flan gauche.
Le prince lui enfonça le sabre jusqu’à la garde, puis lui prit son arme pour remplacer le sabre coincé entre deux cotes et, toujours sans stopper sa course, repartit vers le troisième. Celui ci, un peu plus rapide, avait réussit à dégainer son épée à temps, mais il semblait ne pas comprendre comment le prince avait abattu deux de ses amis, il cherchait comment stopper ce tueur implacable. Il leva son arme pour parer celle d'Edrian qui arrivait à une vitesse folle et ne put donc pas parer la seconde qui, glissé à la suite de la première, vint lui ouvrir le ventre.
Alors que sa vie le quittait, il aperçut la silhouette du prince, déjà sur le quatrième homme.


Le chef cria de plus belle et, toujours en tenant Waren en respect, ordonna à ses hommes de se réveiller.
Le quatrième mourut aussi, et Edrian dut faire face alors au deux suivant qui, cote à cote, arme au poings, arrivaient sur lui.
Il ralenti sa course, para un coup, glissa sous le second, perfora un poumon, remonta sa seconde lame et tailla une profonde entaille dans le flan de l'autre types.
Il s'écroulèrent, criant de douleur.


Le chauve, comprenant ce qui allait arriver, décida de régler un problème à la fois. Il se re-concentra sur sa victime.


-Ton amis ne te sauvera pas. J'en finis avec toi puis je m'occupe de lui.


Il commençât à lever son bras, tandis qu'Edrian arrivait sur le dernier mercenaire. Ce dernier attaqua d'un revers puissant que le prince para durement. Le choc se répandit dans son bras, mais il n'y fit pas attention tandis que de l'autre main, il prit appuis sur la tête du gars pour entamer un saut impressionnant, passant au dessus de sa tête. Edrian commença à rouler sur lui même, à la fois en enfonçant sa lame gauche dans l'oeil de son adversaire et, dans un second temps de sa course, lança sa seconde épée, plus petite, vers le chauve.


La lame, qui percuta le bras de ce dernier, stoppa son geste, il cria de douleur et se tourna pour faire face à Edrian, désarmé.


Il sourit, sur de lui, et observa son adversaire, refusant de se faire surprendre comme tout les autres badaud qui constituaient son équipe. Se concentrant sur son adversaire, arrêté devant lui, il chercha ses failles, ses défauts, un moment d’inattention...
Il ne vue donc pas venir Waren qui, ayant ramassé la lame jeté par Edrian, lui transperça le ventre.


Surprit, le chauve prit l'arme entre ses mains, et tomba à genou. Il regarda la lame traversant son ventre, puis Waren.


-Je croyais... l'honneur? Tu ne me disait pas que l'honneur t'importait? Comment as tu put?


Waren sourit.


-Si j'ai dis ça, c'est pour avoir une chance de survivre, te faire perdre du temps, ou te mener à un duel. Qui sait, tu aurais peut être été suffisamment stupide pour me rendre une arme, pour qu'on se battent honnêtement? Ou même, et bien considérer que je ne ferais jamais ce que j'ai fait. L'honneur est une valeur certes belle, mais aveuglante. Vivre est plus important que mourir avec honneur.


Le chauve mourut, une insulte restant coincé au travers de sa bouche. "

Ecrire est un si beau voyage, une si belle expérience, comme une danse avec soi même, dans un esprit et un monde comrpit de nous seul... si comprit il est.

Serpio
Serpent Sha Dho

Masculin Messages : 1212
Date d'inscription : 29/05/2011
Age : 20
Localisation : Un peu partout

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le chaudron

Message par Serpio le Jeu 12 Nov 2015 - 13:54

Feedback d'une expérience sur trois jour et demi, à la fois intense et pas tant que ça.

Depuis dimanche soir, plus de viande, sucre seulement dans des pommes, du chocolat chaut et jus de fruit, poisson pour la première fois dans mon frigo, amandes, fruit sec, féculent une fois par jour, légumes, tomates, bref, passons.

Je n'ais pas diminué la quantité, juste changé ce que je mange, je ne mange pas vraiment de repas mais plus quand j'ai faim, une tomate, une pomme, un croissant, selon mon envie.
Résultat des courses, j'ai constamment faim, mais je ne ressent pas de manque.

Pour accompagner ça, je me suis remit au sport, je suis allé courir deux fois, je joue avec mes altères dès que je les vois, je fais souvent des tractions dans la journée, le reste du temps je fais pleins de trucs, dès que j'y penses, et ça varie beaucoup.
Je vise principalement à renforcer mon genoux.

Résultat actuel:

-J'ai perdu deux kilo en trois jours. Ouch

-J'suis à nouveau baraqué! XD 
-Ma douleur au genoux, constante jusqu'alors s'est volatilisé. Je soupçonne les activités sportive de maintenir correctement un équilibre entre adhérences au ligament et liberté de mouvement.
-J'ai faim.
-Pas de modification de sommeil/énergie.


Je trouve ça remarquable comme le corps est modulable aussi facilement, je n'ai jamais été aussi heureux et en forme depuis ces deux dernier mois, j'en viens presque à regretter de pas avoir fait ça avant pour plus profiter de certains moments.
Je vais continuer encore, on verra bien jusqu’où j'irais.


Dernière édition par Serpio le Mar 19 Jan 2016 - 14:09, édité 1 fois

Serpio
Serpent Sha Dho

Masculin Messages : 1212
Date d'inscription : 29/05/2011
Age : 20
Localisation : Un peu partout

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le chaudron

Message par Shua le Jeu 12 Nov 2015 - 15:16

Eragon a parlé. :)

Shua
Arpenteur de la Voie

Messages : 368
Date d'inscription : 12/04/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le chaudron

Message par Itarillë le Jeu 12 Nov 2015 - 19:46

Génial Aymeric Smile Souviens-toi, tout est dans l'équilibre !
Très heureuse de te voir aussi content et en forme Very Happy (j''avais peur que tu fasses ça en mode dépression !)

Itarillë
P'tite étincelle

Féminin Messages : 443
Date d'inscription : 31/03/2012
Localisation : Right after the sunset and straight on 'till morning

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le chaudron

Message par Ender le Jeu 12 Nov 2015 - 21:46

Serpio a écrit:Je trouve ça remarquable comme le corps est modulable aussi facilement

I loled.

____________________________________________________________________

"Our deepest fear is not that we are inadequate. Our deepest fear is that we are powerful beyond measure. It is our Light, not our Darkness, that most frightens us. [...] And as we let our own light shine, we unconsciously give other people permission to do the same. As we are liberated from our own fear, our presence automatically liberates others."

Ender
Unchained

Messages : 890
Date d'inscription : 06/12/2011
Age : 23
Localisation : De retour d'Anteverse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le chaudron

Message par Serpio le Lun 2 Mai 2016 - 12:15

Regardes le!

Tu as vu? Cette manière de parler... Pas de suffisance, juste... une absence? Une absence de quoi?

De doute?

Qu'est ce qui se passe? Qu'est ce qu'il dit? Des vérités? Des faits qu'on ne peut qu'accepter? Écoutes, il te présente le tout, le vrai, ce qui est comme il devrait être et ce que l'on fait tous mal.

Tu ne vois pas? Le je qui se mélange ces hommes, tous pareil, qui sont ce qu'il dit, ce qu'il condamne.
Ne vois tu pas comme tout ce qu'il dit DOIT être vrai parce que c'est présenté comme tel?

Sens tu que ce qu'il dit n'est même pas un pâle reflet de ce qu'il aimerait transmettre, et qu'il a fait le choix de détériorer son discourt pour que tous puisent le comprendre, pour que tous acceptent ce qu'il peinerait à leur expliquer?
Sens tu que même lui les sait surement trop peu réfléchis pour parvenir correctement à ces conclusion qu'il donne?

Il n'y a pas de doutes, de cheminement, pas de questionnement. Il ne peut que montrer les faits et le vrai, il faut qu'ils comprennent tous ce qui est vraiment important.


Et maintenant... regardes moi...

Tu vois mes discourt à moi? Penses à ce que je viens de dire, et surtout comment. Tu vois cette Tare que je critique? Celle là même que j'emplois...

Tous mes propos sont comme des vérités froide, sèche, irréfutable. Elles sortent sans que personne ne puisse aller à leur encontre.
Mais au final, a qui font elle le plus de mal? 

Je crois... que je souffre de tous ça. Je souffre de ne pas savoir montrer mes doutes, je souffre de fuir les "je" des "je pense", "je crois", "je doute"...
"Fuir l'égocentrisme", en voilà une excuse! Comment puis je m'exprimer pour faire réfléchir les autres si même moi je semble ne pas réfléchir?

Et cette tempête... encore et toujours. Je dois faire avec, mais comment? Quand chaque seconde les mots s'étendent...

Tout ce peuple qui me fait confiance. Tout ce peuple qui m'écoute...
Comment puis je les aider si moi même je n'arrive pas à corriger les plus petits de mes défauts? 

Je ne veux pas être un petit homme, vieux, sec, qui parle à une foule, comme un orateur, distribuant le vrai et le bon.
Et je me rassure... moi au moins j'arrive à mettre du fond intéressant dans ce que je dis...

Mais peut être est ce encore un mirage?


Serpio
Serpent Sha Dho

Masculin Messages : 1212
Date d'inscription : 29/05/2011
Age : 20
Localisation : Un peu partout

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le chaudron

Message par Serpio le Sam 15 Oct 2016 - 1:04

Je me suis fait opéré il y a 46 jours.

Seconde fois que je me fait remettre un ligament au genou, mais le droit cette fois, à une année d’intervalle (au mois près) du gauche.
C'était pas facile tout le temps, surtout au début. Je crois qu'a partir du moment ou j'ai recommencé à bouger après la première opération je savais au fond de moi que j'allais me casser l'autre ligament. Quand s'est arrivé j'étais au plus bas moralement. J'avais pas le sentiment d'être malheureux, juste mal. Mais le contexte des choses a fait que je me suis reprit, avec de l'aide.

contrairement à mes souvenirs le second passage à l’hôpital fut plus bref mais plus désagréable. en revanche c'est là que j'ai vu les premiers signes d'une différence de récupération entre les deux jambes. Sauf que je croyais, à tords, qu'elle était plus lente à se remettre.

L'opération des ligaments croisés (la méthode qu'a choisit le chirurgien pour moi en, tous cas) prélève un morceau de tendon à deux muscles de la jambe afin de les enrouler l'un avec l'autre et les viser dans l'os du genou, pour remplacer le ligament rompu. S'en suit au moins 4 jours d’hôpital où on reprend à peine la marche.

La partie qui dure ensuite 6 mois et qui, au final, est la plus intéressante c'est la kiné.

On doit dans un premier temps récupérer extension et flexion (0 et 100° respectivement), tout en récupérant un bon schéma de marche. et ensuite il y a la musculation afin que le genou soit tenu, renforcé et compensé. 
A ma grande surprise mon genou droit récupéra les trois premiers points plus rapidement et efficacement que le gauche, qui battait déjà des records en rééducations. 
les premières semaines je refaisait connaissance avec une amie dont je me serait passé, la douleur. j'en distingue deux types, celle qui te dit "stop", que je vois comme la voix d'un sage qu'il est souvent bon d'écouter, mais il y a aussi la douleur qui te dit "ça c'est à travailler, là tu vois t'as un truc. Force encore, ça va marcher".

J'ai atteint les 0° en un mois,  et les 130 en un peu moins de trois semaines. Mon schéma de marche s'est avéré plus faux sur la jambe gauche que la droite, provoquant ainsi plus d'attention d'un de mes kiné à corriger ma jambe "saine" de celle blessé. (je me rends compte maintenant que les chaussures y étaient pour beaucoup)

Au bout d'une semaine et demi plus de douleurs, juste un peu de gène qui elle est partie au bout d'un mois. Hier un de mes kiné m'a dit qu'il aimait me demander si j'allais bien car je lui répond toujours "très bien" avec un grand sourire. Ils ont l'habitude de cette pathologie et pourtant je vois bien que parfois ils s'étonnent de mes progrès. 

J'ai réfléchit avec eux, et d'autres personnes, de pourquoi ces progrès et surtout cet écart entre la droite et la gauche. Beaucoup de facteurs sont potentiellement en cause.
-Ma jambe droite a compensé la gauche pendant un ans, dont au moins 3 mois à tracer. Elle s'est plus musclée.
-la droite a bénéficié de séances de kiné préopératoire, à l'inverse de la gauche. 
-Je bouge beaucoup de base, mes jambes sont assez bien entretenue. (sauf les articulations de toute évidences. XD)
-j'ai entendu plus des 6 mois recommandés entre le moment ou je me suis fait mal et l'opération. En général c'est pour laisser le temps à l'inflammation de se réduire. 
-La jambe droite est ma jambe d'amortit, celle pour atterrir en premier quand il en faut une. c'est plus musclé pour tenir le genou.
-j'ai déjà eu à faire une rééducation, mon cerveau connait donc déjà les voie de récupérations et accélère le processus.
-je travaille beaucoup avec les douleurs, me poussant au delà selon le type de douleur que je sent, là où d'autres s’arrêterait. (et inversement je m’arrête quand le "sage" me le dit, a l'inverse de certains.)
-Je pense aussi que ma curiosité sur le corps, les exercices qu'on me donne et la rigueur que je m'impose parfois jouent. Mon entrainement ne doit pas être le plus optimal mais il est, je pense, meilleur que d'autres.

Reste maintenant que j'ai encore beaucoup de muscu à faire pour transformer la graisse de mes cuisse en muscles capable de fonctionner. Mais ce n'est pas mon seul soucis...

J'ai une envie dévorante de faire du Parkour. J'ai envie de bouger, de voir des gens bouger. J'en viens à m'ennuyer du reste. Je comble un peu ce manque en regardant des vidéos de Parkour mais, contre coup fâcheux, je me rends compte que je suis vraiment très... "bas" en terme de parkour. Je redécouvre aussi qu'il y a beaucoup de choses que je ne pourrais jamais faire, ou alors dans très longtemps. 

Je sens que je pourrais être triste, que je pourrais laisser grossir au fond de moi une ombre de déception et colère, de rancœur envers moi même, mais au lieu de combattre tout ça je m'en joue. Je l’accueille et l'accepte pour ne pas tomber de trop haut. Je n'ai pas encore le sentiment d'être humble vis à vis de toute ça mais je sens que ça vient.

Et j'ai commencé à reprendre, de mon coté, quelques petite choses qui, étrangement, ne m'étaient pas possible lorsque je récupérait de la gauche sur la même période post-opératoire.

J'ai extrêmement peur d'aller trop vite mais bizarrement c'est grâce à cette peur que je reprend. Grace à elle je suis à l'écoute de mon corps comme jamais. Je distingue tous les signes annonciateur de soucis bien avant que ceux ci n'arrivent et je m’arrêtes. C'est une expérience étrange.



Serpio
Serpent Sha Dho

Masculin Messages : 1212
Date d'inscription : 29/05/2011
Age : 20
Localisation : Un peu partout

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le chaudron

Message par Serpio le Ven 28 Oct 2016 - 15:43

Le mental c'est quand même une grosse blague.

Hier soir je bouge en ville avec Vienna, et on arrive près des quais de Grenoble. Je me penche, j'ai peur. Je m’imagine monter sur le bord, j'ai peur.

Logique terrible de fou en manque, je monte sur le mur et je marche, bras tendu et le corps raide comme un poteau. Je me sens presque trembler.

Presque trois mois que j'ai pas fais un truc du genre, ça fait un an que j'ai peur des trucs pas stable, que mes genoux sont un risque immense de psychose. Et j'avance.
Je ne me force pas vraiment, mais ça n'a rien de simple.
Je stresse, je pense du coté le moins haut, effrayé de perdre l'équilibre. je sens que je marche mal, que je suis pas droit.

Et j'avance, le regard plus ou moins fixé deux blocs rocheux devant moi. Je regarde une fois plus loin, j'aperçoit ce que je décide instantanément être mon objectif, une centaine de mètres plus loin.

Et là, presque tout les dix mètres, je me relâche, je sens la confiance qui revient, les habitudes, les petites astuces. Je marche à nouveau droit, je suis au centre du mur, je suis détendu.
Et sur la fin, je suis tranquille. 

Plus tard, plus loin, on arrive sur une barrière, au bord du vide à nouveau. Je m’insulte presque, et je monte dessus, et je marche. Je vois mon ombre qui se dessine sur les eaux sombres en contrebas. 
Peur pour mon genou, peur de mal m'équilibrer, peur de glisser, peur que la barrière casse.

Je vais jusqu'au bout, je pousse alors un cri de joie. 


Non, le mental c'est pas simple, faire les choses c'est pas simple.
Faut se forcer, pratiquer, oser, se lancer. Il y a toujours des risques, des peurs, des doutes.

Mais on s'en tape. On fait, c'est ça qui importe. L'important c'est de sentir, de vivre, et là ça vient tout seul. C'est là que ça devient facile. Pas besoin d'avoir une grosse volonté, d'être poussé par d'autres, pas besoin de sécurités extérieure.

Ce qu'il faut c'est soi. Se pousser, s'écouter, être franc. Il faut suivre son rythme propre, mais ça ne veut pas dire abandonner ou reporter, ça veut dire que c'est  juste toi qui te pousse, toi qui te motive. Si tu es logique et réfléchit avoir de la volonté ne sert à rien.

Il faut faire les choses que l'on peut faire si l'on veut du mental. Faire les trucs gros, dur ça sert à rien si on est pas capable de faire des trucs simple physiquement. 


J'ai eu pour un temps une règle qui me disait que si je peux le faire (du point de vu physique, sûreté, risques) je le fait. Je suis content de voir que ça marche toujours.

Serpio
Serpent Sha Dho

Masculin Messages : 1212
Date d'inscription : 29/05/2011
Age : 20
Localisation : Un peu partout

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le chaudron

Message par Serpio le Lun 31 Oct 2016 - 0:16

Je ne peux pas dire que c'était du contrôle, ce serait mentir.
Ce n'est pas non plus une rupture, rien n'a lâché.

J'ai juste ouvert une porte. Une porte d'où s'est écoulé un monde que j'avais oublié et une force immense que j'avais comme reporté pour un moment plus propice.

C'était des vagues dont je choisissais la fréquence et la puissance. Chaque secondes je sentais cette porte, chaque secondes j'aurais put la fermer.

Mais je ne l'ai pas fait.

Et dans l'acte même, dans les émotions, je n'étais qu'un comédien car ce qui arrivait était la résultante d'un choix et non d'une contrainte seule.

Alors oui j'ai crié, oui des choses sont venues, mais si la forme était pareille, le fond devait il l'être?

J'ai vu la frontière, je l'ai sentis, je l'ai vécu. Ce moment ou ce n'est pas du contrôle, mais du guidage, on tu ne bloques pas, tu ne retiens pas, tu ne fais que préparer pour plus tard. 

J'ai choisit le moment, le lieu, la forme, les faits. Et le reste s'est fait, et rien n'était faux, juste calculé. 
Même saveur, même efficacité, peut être même que tout était exacerbé en réalité.
Peut être était ce mieux.
Je l'ai ressentis comme tel.
Moins de gènes, plus de saveurs, plus de savoirs, plus d’efficacité.


La colère me prend rarement. Maintenant c'est moi qui la prend et l'emmène. Je la fait balader, danser, s'endormir... et resurgir.
A ma guise.

Serpio
Serpent Sha Dho

Masculin Messages : 1212
Date d'inscription : 29/05/2011
Age : 20
Localisation : Un peu partout

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le chaudron

Message par Serpio le Jeu 24 Nov 2016 - 3:58

J'ai vraiment eu peur. et pas comme d’habitude, là il y avait cette trace de panique qui je ne rencontre pas souvent.

J'étais sur le toit d'un local poubelle. Environ deux mètres de haut, fait de poutres en bois, mais seulement les poutres, comme s'il manquait le toit à proprement parler, les plaques de tôles pour protéger de la pluie. En réalité ce "toit" n'était qu'un réseaux géométrique de poutre en bois.



Un endroit tout a fait destiné donc pour faire de l'équilibre. Tout se passait très bien jusqu'au moment où j'ai voulut m’approcher de là où je comptais descendre. 
Je me sens tanguer. Je ne m'inquiète pas, je connais ces sensations, je pense que je vais récupérer mon équilibre, comme je le fais si souvent,que je vais contrôler ces perturbations.

Il n'en fut rien.

Je me sens basculer sur le coté, et là je sens la peur, brève, soudaine, et la panique. Je ne me suis ni attendu ni préparé mentalement à ce qui arrivait. Et je ne contrôle rien.



C'est alors que, naissant d'une idée au caractère frivole, un mouvement s’enclenche, sans que j'y prenne vraiment part. Mais doigts se referment sur la poutre du bords sur laquelle j'étais, mon corps se tourne, mes pieds se jettent sur le mur, et il se stabilisent. je en glisse même pas. 

J'ai déjà fait des réchaps lors de chute, mais peut être jamais comme celle ci. en général j’ai conscience du mouvement de chute et je l’accentue, je le modèle comme je le souhaite. Là, rien ne fut souhaité, mais tout arriva.
je me pensais destiné à atterrir durement sur le dos et me voilà soudainement accroché au mur, en position de bras, sans efforts. 

Et la peur repart, ne laisse que des traces faibles, me faisant même douter qu'elle fut là à un moment dans l'histoire.

Une pensé naît alors. "Et s'il n'y avait pas eu 2 mètres, mais 20?" Je crois que toute les théories du monde ne pourrait y répondre. Et paradoxalement, la curiosité combat le bon sens. J'espère que ça en m'arrivera pas, que ça ne m'arrivera plus... mais j'ai hâte de savoir. 


Serpio
Serpent Sha Dho

Masculin Messages : 1212
Date d'inscription : 29/05/2011
Age : 20
Localisation : Un peu partout

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le chaudron

Message par Ender le Jeu 24 Nov 2016 - 18:19

:)
You'll live this more and more.
You might become able to enter it through self hypnosis.
Moving without thinking, without names, purely.
I wish it to you, it's beautiful.

____________________________________________________________________

"Our deepest fear is not that we are inadequate. Our deepest fear is that we are powerful beyond measure. It is our Light, not our Darkness, that most frightens us. [...] And as we let our own light shine, we unconsciously give other people permission to do the same. As we are liberated from our own fear, our presence automatically liberates others."

Ender
Unchained

Messages : 890
Date d'inscription : 06/12/2011
Age : 23
Localisation : De retour d'Anteverse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le chaudron

Message par Shinai M le Jeu 24 Nov 2016 - 21:30

;)

Shinai M
Arpenteur de la Voie

Féminin Messages : 108
Date d'inscription : 14/04/2012
Localisation : lève les yeux, c'est quelque part par la ...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le chaudron

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 19:17


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum