Le chaudron

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Le chaudron

Message par Kathalqa Sarr le Sam 20 Mai 2017 - 20:17

Alors qu'en cas de désaccord on devrait finir sur "tu as un avis que je ne partage pas, mais c'est ton avis" ou encore "je comprends mais je ne suis pas d'accord".
avatar
Kathalqa Sarr
Arpenteur de la Voie

Féminin Messages : 66
Date d'inscription : 24/03/2017

https://lapageetlemot.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le chaudron

Message par Serpio le Mar 4 Juil 2017 - 1:10

Cette session fut incroyable, pour de très nombreuses choses.

Mais ce fut surtout lorsque l'on est monté sur un grand toit plat que cela atteins son paroxysme.
Un grand nombre de gens, un grand toit sur un bâtiment d'environ deux étages, mais surtout...
Disposé de manière régulière, environ une dizaine de machinerie de climatisation, entouré de barrières et renforcé par de la taule. Et dans un coin du toit, deux petit batiments, cotes à cotes, de respectivement un et deux étages.

Des petits de Miramas, avec qui je m'entends super bien, m'appelaient pour me demander de l'aide. Il voulaient aller du premier petit bâtiment au deuxième et avaient besoin d'une courte échelle.

Je monte avec eux, via une planche dont j'étais assez fier, et on attend que d'autres traceurs montent avant qu'ils s'y essayent.

C'est alors qu'Anthow, sous le regard d'un bon nombre de traceurs qui restaient en observateur, il fit une planche probablement mille fois plus belle que la mienne, mais je ne la remarqua pas, trop occupé avec les jeunes.

Je sens Anthow qui passe derrière moi, le toit du bâtiment est petit. Et il saute, sans marquer de pause, sans prendre ses distances on hésiter une seule seconde. Il atterrit quelques pas plus loin, sur une des machineries de clim avec un bruit fort mais propre. Tout le monde poussent des cris de surprise et d’appréciation, le saut est bon, l'amortit aussi, mais surtout son flow, son rythme, la signature dans ses mouvements est impressionnante.

Je jette un coup d’œil sur le saut et sens que je suis sûr le point de le classer comme l'un des saut incroyable à la Anthow, que je ferais peut être un jour, quand je serais meilleur. C'est alors que, par réflexe, je m'approche du bord et observe ce qu'il vient de faire.

Et tout à coup je le sens, je le vois. JE me vois sauter, sans peurs, sans blocages, m'investir, me donner physiquement, lancer mon corps entier, m'envoler vers la plaque de taule quelques pas plus bas. Et soudain une idée apparaît et se fixe dans mon esprit. Je peux l'avoir, et je =vais l'avoir, là, aujourd'hui, maintenant.

Je demande à Anthow si la plaque tient mon poids, sachant pertinemment que c'est le cas, puis je décide de me concentrer sur la distance. Pas pour vérifier si je peux la sauter,
non, ça je sais que je le peux. Plus pour juger, jauger l'impulsion que j'ai à avoir.

Je recule, r'avance en marquant lentement les deux pas d’élan dont je dispose. JE recule encore, j'avance, je sens le stress monter, je sens que je pourrais bloquer à l'impulsion,
ne pas mettre assez d’énergie, m'écraser bêtement juste sous la toiture, entre le petit bâtiment et la machinerie.
Je repousse ce blocage, grâce à un conseil fraîchement acquit la veille. Se concentrer sur le pied qui saute, mettre de la patate.

J'avance et recule encore une fois, je crois alors entendre un encouragement et remarque que la plupart des autres traceurs me regardent. Et tout à coup arrive un blocage d'une nature que je n'avais encore jamais vécu. Je ne le comprend pas, mais je sens qu'il a un rapport avec leurs regardes, leurs jugements, leurs attentes.

Je le repousse plus vite encore qu'il n'est arrivé. J'ai d'autres choses à penser.

encore un allez retour et tout à coup, la boule au ventre, je décide que c'est le moment de sauter. J'inspire profondément puis expire un grand coup. Et puis j'avance le premier pied, me sentant maladroit, lent, lourd.
Puis j'avance le deuxième, il se pause à quelques centimètres du rebord, et je pousse, pas trop fort, mais assez pour décoller.
Assez pour m'élever autant physiquement qu’émotionnellement. Le temps ne se ralentit pas, il n'y a pas de flottement, juste mon corps, lancé en l'air, qui tombe rapidement vers la taule. Mes pied la touche et un bruit sourd retentit, je constate que mon cerveaux fait un checkup quasi instantané de l'état de mes jambes, savoir si le choc est bien amortit,
et soudain je prend conscience de la situation. Je viens d’atterrir,de réussir mon saut. Mon cri de joie est alors accompagné applaudissements et de félicitation. D'ordinaire cela m'auraient répugné, mais là je sentais un effet surpuissant, galvanisant.

Je marche quelques pas sur la machinerie et croise le regard d'Anthow, à quelques pas de moi. Je le remercie avec fougue, et il me félicite pour le cassage de saut.

Quelques minutes plus tard, d'autres traceurs montent et tentent le saut. Je me rend compte qu'il n'était pas si difficile, mais peu importe, j'ai réussit un saut de détente, lourd,
ce que je ne fais jamais.

Je me suis dépassé.
avatar
Serpio
Serpent Sha Dho

Masculin Messages : 1589
Date d'inscription : 29/05/2011
Age : 21
Localisation : Je n'y suis déjà plus...

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum