Le nomadisme,

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le nomadisme,

Message par Shua le Sam 26 Sep 2015 - 18:18


  • Les Touaregs pensent la société comme un corps ou comme une tente (mise en corps du monde): le vocabulaire politique touareg puise dans la nomination de l anatomie humaine (tête, genoux, hanches...) et les noms propres des tribus appartient au vocabulaire de la tente.
  • L éducation Touareg met l'accent sur la mobilité et l'adaptabilité et la communication interculturelle: les enfants apprennent tres rapidement plusieurs langues et apprennent a reconnaître l'origine, la fonction et l'appartenance sociale d'un visiteur. . ""Le savoir se trouve dans toutes les cultures et il faut le chercher partout "" (Welet Halatine, 1998 : 30).
  • La terre est ce qui protège, et les hommes marchent sur son dos. ""ll faut veiller à ne jamais la mettre à nu, à protéger ses membres, ses organes vitaux, sa chair et ses os, afin qu’elle continue d’engendrer et de porter la vie sur son dos. C’est pourquoi les êtres humains ne peuvent couper ni piétiner l’herbe qui croit, ni cueillir des fruits verts, ni consommer de la viande crue, ni utiliser du bois vert, ni gaspiller l’eau. Enfin, pour ne pas blesser la terre en lui infligeant des escarres, il est préférable de ne pas stationner trop longtemps au même endroit afin de céder la place au vide qui régénèrera les lieux.""


Pour l instant, c est ce que j ai retenu de ce que j ai lu, eje trouve qu ils ont une philosophie de vie tres intéressante. Mais ce que j ai lu est tres incomplet.

Shua
Arpenteur de la Voie

Messages : 368
Date d'inscription : 12/04/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le nomadisme,

Message par Aramir le Dim 27 Sep 2015 - 18:05

C'est effectivement très intéressant, je ne les pensais pas comme ça.
Comptes-tu développer un peu le sujet, car je trouve ça plutôt sympa.

Aramir
Arpenteur de la Voie

Masculin Messages : 67
Date d'inscription : 01/04/2015
Age : 17

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le nomadisme,

Message par Serpio le Lun 5 Oct 2015 - 20:11

Moi j'aime bien effectivement leurs mode de pensées.

C'est peut être effectivement plus lourd de sens de nommer une tribut via un champ lexical définit, ou de classer les gens en image d'un corps, que de se nommer "Français" ou "Gardois" ou même "ministre". :3

Mais ça reste des noms en soit.

L’intérêt de leurs société est, il me semble, leur petit nombre et le milieu dans lequel il vivent, auquel ils sont adapté. Leurs mode de vie est bien dans le sens ou ils ont de quoi l'appliquer.

Pour ce qui est de la recherche de culture par l'autre, je suis largement d'accord, parce que moi j'aime pas apprendre autrement que par discussions avec les gens, alors je les comprends. :3

Mais ça c'est un besoin qu'eux ont et que nous nous pouvons nous en passer: la diversité.
De par leur faible nombre et leur absence d'emplacement précis, ils vivent "entre eux" (comme les vieux lozériens! :3), et pour assurer diversité et donc survie, ils se sont adapté culturellement à être ouvert, ce que nous nous avons perdu par notre nombre. (mais ne soyons pas trop négatif, ça revient beaucoup depuis quelques temps, le mélange de ces cultures.)

 

Je fais que donner mon avis, parce que je ne vois pas trop ce que je pourrais dire de plus Shua, mais je soutien Aramir, ce serait cool que tu nous en dise un peu plus ou que tu pose éventuellement des questions? 

Serpio
Serpent Sha Dho

Masculin Messages : 1210
Date d'inscription : 29/05/2011
Age : 20
Localisation : Un peu partout

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le nomadisme,

Message par Eragon le Jeu 15 Oct 2015 - 8:20

Le momadisme est-il un mode de vie non destructeur ? Permet-il de dépasser plus facilement les barrières de la dépendance aux faiblesses égoïstes telles que les conditions d'inclusion à un groupe ? Quelles sont les conditions du bon fonctionnement de ce mode de vie ?

J'essaierai de répondre à mes propres questions d'ici ce soir. Ça fait du bien de revenir poster sur ce forum.

Eragon
Arpenteur de la Voie

Masculin Messages : 660
Date d'inscription : 28/04/2012
Age : 18
Localisation : 13700 Marignane

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le nomadisme,

Message par Eragon le Jeu 15 Oct 2015 - 21:19

Hé bien me revoici. Smile

Le nomadisme est-il un mode de vie non destructeur ?

Il est commun de penser que le nomadisme nuit à l'environnement. Car on peut en effet penser que les restes délaissés - comme le font souvent les gens du voyage en France pour des raisons que j'ignore - des campements et installations pour vivre provisoirement à un endroit sont très néfastes.

Je pense que ce n'est rien comparé à nos gâchis énergétiques en eau et en électricité dus aux besoins démultipliés (société de consommation) qu'ont fait naître chez l'occidental moyen les industriels de toutes espèces (de l'alimentation, de l'industrie automobile, du divertissement, etc.) et le marché du travail (voiture/transports en commun indispensables pour les patrons) ; sans parler de nos propres déchets et pollutions.

Toutes les nuisances de la vie occidentale sur l'environnement ne sont pas dues directement à la sédentarité, mais plutôt à la façon dont on la vit. Comme pour le nomadisme, des solutions peuvent être appliquées pour réduire notre impact sur l'environnement (vivre frugalement, être épicurien, prendre conscience de l'importance de la préservation de l'environnement via l'éducation et les choix personnels de suivre cette éthique servant d'exemples pour les autres...).

Le nomadisme permet-il de dépasser plus facilement les barrières de la dépendance aux faiblesses égoïstes telles que les conditions d'inclusion à un groupe ?

Cette question mérite peut-être quelques explications des termes « barrières de la dépendance aux faiblesses égoïstes » et « conditions d'inclusion à un groupe ». Avec le premier, je désigne le fait que la dépendance aux faiblesses égoïstes telles que l'apathie, qui empêche de profiter du contact des autres pour lui-même (le contact) et rend la vie insatisfaisante (cf. la brièveté de la vie, De vita brevis, et cf. l'impermanence, #bouddhisme), ou l'avarice (#Molière), qui n'est pas loin de l'apathie du fait qu'elle rend paradoxale notre bienveillance envers les autres et même notre amour d'autrui, est renforcée par les barrières que constitue un mode de vie enclin à démultiplier nos cadres (cf. le sujet de Shua Razz) et donc à diminuer la qualité et le nombre de nos rapports à autrui, ce qui retient les tendances égoïstes néfastes et nous empêche de distinguer les bienfaits de l'altruisme. Le nomadisme peut faciliter la cohésion des groupes par la nécessité de collaborer pour mener un existence plus paisible, et il a moins tendance à se pervertir avec le temps, contrairement au mode de vie sédentaire occidental largement répandu à travers le monde.

Les conditions d'inclusion à un groupe se rapportent aux attentes des membres d'un groupe ou d'une société les uns envers les autres. Les attentes des membres d'une société où le mode de vie commun est la sédentarité amènera plus facilement des attentes matérielles de la part de ses membres du fait de la facilité que ce système a de se pervertir par le désir l'accumulation personnelle de richesses venant de l'avarice, et du fait de la prétendue "indépendance" qui cache en fait le peu de nécessité du contact humain (renforcé même par l'effet de la perversion) dans une société sédentarisée. Au contraire, le mode de vie nomadique a des conditions d'inclusion liées à l'accomplissement des tâches pour le bien-être commun de ses membres ; on ne travaille pas que pour satisfaire ses besoins, mais pour ceux de toute la communauté, et cela mène à se détacher du désir de richesse personnelle, car on mesure mieux et plus directement notre responsabilité envers autrui.

Quelles sont les conditions du bon fonctionnement de ce mode de vie ?

Pour que le nomadisme soit cohérent avec les avantages qu'il peut offrir (respect de l'environnement et altruisme), il faut minimiser les causes éventuelles de perversion. La perversion dont je parle désigne les causes de renforcement de l'égoïsme dans son aspect négatif et de diminution des bienfaits de l'altruisme. Les causes potentielles sont vastes, mais sont sans doute pour la plupart liées aux faveurs accordées à la hiérarchie par la communauté (glorification et tributs) et de manière plus générale à un système de récompenses lié à des différences de considération des tâches de chacun selon l'importance qui est accordée aux bénéfices dudit travail, car une fonction devient alors plus enviable qu'un autre et des jalousies peuvent commencer à apparaître. Les autres qualités telles que le respect de l'environnement s'installent quant à elles avec la satisfaction de chacun liée à l'égalité des traitements de chaque membre de la communauté, car les besoins sont alors réduits à la nécessité et au bien-être de son prochain, et la qualité de l'environnement est liée entièrement à ces besoins.


Dernière édition par Eragon le Ven 16 Oct 2015 - 8:19, édité 3 fois

Eragon
Arpenteur de la Voie

Masculin Messages : 660
Date d'inscription : 28/04/2012
Age : 18
Localisation : 13700 Marignane

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le nomadisme,

Message par Sëlarund le Ven 16 Oct 2015 - 4:29

Sujet très intéressant ! J'apporte quelques précisions cependant :


Pour avoir rencontré à plusieurs reprises des groupes Touareg lorsque je vivais en Algérie, puis lors de mes "voyages retours", j'aimerais apporter quelques précisions, qui sont aussi valables pour les Ait Sghrouchens du sud du Maroc, et les quelques-tribus-de-Mauritanie-dont-j'ai-oublié-le -nom.


-Bien qu'idéalisé, le mode de vie des Touareg inclue bien souvent la famine. Il n'est pas rare de passer une semaine ou deux sans rien dans le ventre. Ceci n'a rien a voir avec une alimentation frugale, mais est bien de la malnutrition. Ceci ne fait pas partie d'un "respect de la nature", mais de l'idée d'endurance étant le parfait opposé au confort (voir plus loin).
-Les sociétés nomades du Sahara ont été très longtemps esclavagistes. Lorsque tu dis, Eragon, que le nomadisme peut faciliter la cohésion d'un groupe donné car il faut s'associer pour survivre, cela est vrai mais seulement jusqu'à un certain point : la majorité de ces tribus se servaient (et certains se servent encore, comme c'est le cas dans certains groupes du sud de l'Algérie, et beaucoup plus encore en Mauritanie) d'esclaves afin d'accomplir les "tâches quotidiennes". L'idée de bien commun n'est pas entendue dans le même sens.
-La hiérarchie Touareg est très stricte. Les relations avec autrui sont certes plus "personnelles" car les groupes en question sont souvent de taille réduite, mais l'aristocratie possède un pouvoir de vie et de mort sur les esclaves, de même que les mariages ne se font qu'entre membres d'une même caste. La diversité dont parle Serpio n'existe presque pas, car l'étranger n'étant pas de sang Touareg ne peut pas "souiller" la tawsit. C'est un phénomène bio-anthropologique et anthropologique bien connu, du reste : la parenté assure la préservation de l'unité sociale mais aussi de l'identité de celle ci. Ainsi, il sera difficile de trouver un groupe nomade véritablement ouvert à l'intégration d'individus extérieurs à la tribu.
-La communication interculturelle chez les Touareg vient du fait que leur société est basée sur le commerce. Il est inutile d'y voir quelque vertu intellectuelle, car ce serait embellir la vérité. C'est une capacité pratique, qui vient aussi du fait que les interactions avec d'autres ethnies sont nécessaires à la survie, sachant que le tamasheq n'est parlé qu'entre touaregs.
-La propriété ainsi que l'enrichissement constitue une forme de perversion que beaucoup de voyageurs non informés ne reconnaissent pas chez les nomades. L'amassement se fait de manière moins conventionnelle, et c'est dans une perspective de relativisme culturel que tu dois essayer de le comprendre. Petit exemple : en Tamasheq, Ehare signifie richesse dans son sens global, propriété, mais aussi bétail. La propriété d'un cheptel constitue une richesse, et vous pouvez substituer les chameaux aux billets. En revanche, Tenaflyi désigne la richesse dans le sens de luxe, qui rend la vie agréable. Ainsi, il est attendu des membres qu'ils aspirent plus à Ehare qu'a Tenaflyi, car obtenir Tenaflyi sans avoir Ehare est très déprécié. 
-Bien que le nomadisme exclue généralement les conflits directs en raison de la nature non défendable des ressources, les sociétés nomades s'adonnent aux pillages. La violence n'est plus de nos jours automatiquement incluse, mais le vol est courant.


Voila voila.
Et juste pour revenir sur cette idée de bien commun, le nomadisme ne le présuppose pas. C'est une erreur populaire que d'associer le concept de bien commun au mode de vie nomade, car bien que ce soit plus vrai dans les milieux arides ou plus généralement hostiles, il est pratiquement impossible dans le domaine ethnologique de trouver un groupe social nomade n'ayant pas instauré une hiérarchie rigide. En effet, la hiérarchie ne mène pas souvent à la jalousie car souvent basée sur les attributs de force de ses membres. Ex, les plus forts installent les tentes, yourtes etc... La jalousie n'aurait ici pas lieu d'être, et il n'y a pas de système de récompense particulier instauré. Cela étant, la valorisation des éléments les plus importants à la survie dans le cadre du nomadisme,donc la hiérarchie, va dans le sens même de la nature du nomadisme qui est considéré comme un mode de vie primitif (mot important svp). En valorisant les individus servant le plus à la société, les nomades assurent la continuité de leur groupe (cf processus évolutif), phénomène que l'on retrouve chez tous les grands primates, et surtout chez l'Homme.


J'avoue beaucoup aimer l'idée d'une société basée entièrement sur l'altruisme, mais le nomadisme va entièrement contre celui ci. La survie nomade requiert tous les procédés adaptatifs que nous possédons, et ce serait être à mon sens utopique que d'espérer pouvoir appliquer la société des bisounours à un groupe nomade. 




Pavéé César cheers
L'anthropologue en moi s'est enflammée.

Sëlarund
Arpenteur de la Voie

Féminin Messages : 732
Date d'inscription : 25/02/2010
Age : 22
Localisation : Loin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le nomadisme,

Message par Eragon le Ven 16 Oct 2015 - 8:18

Merci Sëlarund pour nous mettre en face de la réalité de la vie des nomades Touareg. Je ne m'attendais pas à ce que quelqu'un connaisse aussi bien le sujet. Je m'étais contenté de parler du nomadisme de manière théorique.



Alors je constate que le commerce chez les Touareg est une des causes de perversion dont je parlais dans mon précédent post, et qu'avec l'instauration d'une hiérarchie, les conflits au sein de leur société et ceux dirigés contre d'autres peuples s'installent.

Tu dis que la hiérarchie ne mène pas souvent à la jalousie, mais tu rajoutes que les membres les plus forts sont valorisés. Cette valorisation est-elle toujours acceptée par tous ?

La dépendance aux autres doit être une raison de la nécessité du commerce. Les Touareg doivent sans doute rencontrer des difficultés à vivre de leur propre production dans le désert.

Je continue à penser que le mode de vie nomadisme, dénudé des causes de perversion, pourrait être plus bénéfique qu'un société sédentarisée. Malheureusement, il semble que les société se sédentarisent quant le confort apparaît, et que le nomadisme ne soit adopté que dans des conditions de vie difficiles et du fait souvent associé au commerce.

Eragon
Arpenteur de la Voie

Masculin Messages : 660
Date d'inscription : 28/04/2012
Age : 18
Localisation : 13700 Marignane

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le nomadisme,

Message par Sëlarund le Ven 16 Oct 2015 - 10:15

Effectivement, idéalement, le nomadisme représente un mode de vie sûrement plus "sain" que la sédentarité. Malheureusement nous n'avons pas encore vue d'application parfaite de ce dernier, bien que tu peux retrouver quelques peuples possédant au moins la solidarité, comme les Nuer qui partage à peu près tout.


A titre de précision, des sociétés de chasseurs cueilleurs ou d'éleveurs dans un milieu non hostile, existent. Les ressources sont alors suffisantes, et assez dispersées; le commerce n'est pas une nécessité. Cependant, milieu non hostile ne veut pas dire vie facile pour autant, et le négoce reste présent.


Quant à la valorisation des éléments les plus bénéfiques au groupe, je peux t'en parler de manière très théorique seulement car le reste requerrait une once de casuistique...
Disons juste que cela s'exprime sous forme de gratitude et non de récompense, et je tiens à faire la différence. En partant de là, les membres d'un groupe nomade donné (en excluant Touareg et autres formes de société à castes rigides) acceptent la valorisation des "plus forts" car ils rendent leurs vies plus faciles. Si nous parlons ensuite du domaine religieux, tu comprendras bien sur que l'acceptation de la valorisation est encore plus répandue ! De plus, comme tout ce qui est basé sur la force (que ce soit physique, mentale), si un membre ne remplit plus sa fonction donnée, il cesse d'être valorisé et perd donc sa place. Cela est surtout vrai pour les premières générations, c'est a dire avant l'établissement d'une constante qui finit toujours par arriver, mais c'est aussi plus courant dans les environnements les plus difficiles.
 Presque tous les groupes pratiquant le nomadisme possèdent une société segmentaire, et la valorisation cesse parfois d'être liée à la qualité du travail en question/attribut bénéfique puisque les positions deviennent héréditaires. L'acceptation reste la norme, mais puisque les membres valorisés n'ont pas à proprement parler mérité la valorisation, les rebellions existent.


Edit: puisque le nomadisme t'interesse, j'essayais de me souvenir du titre d'un livre super connu qui pourrait te plaire. C'est donc Le Désert des Déserts, par Wilfred Thesiger. Une petite édition Terre Humaine !

Sëlarund
Arpenteur de la Voie

Féminin Messages : 732
Date d'inscription : 25/02/2010
Age : 22
Localisation : Loin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le nomadisme,

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 21:18


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum