Fear

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Fear

Message par Meta- le Dim 17 Jan 2016 - 11:28

La peur, celle qui nous retient, nous paralyse parfois.
Ce qu'elle apporte au Sha Dho, la place qu'elle est supposée prendre pour favoriser son évolution, et comment interagir avec elle pour avancer.


Une ressource intéressante, made by Ender


____________________________________________________________________

Meta a.k.a Nerwen


"- Éviter toutes pensées perverses
- Se forger dans la voie en pratiquant soi-même
- Embrasser tous les arts et non se borner à un seul
- Connaître la Voie de chaque métier, et non se borner à celui que l'on exerce soi-même
- Savoir distinguer les avantages et les inconvénients de chaque chose
- En toute choses, s'habituer au jugement intuitif
- Connaître d'instinct ce que l'on ne voit pas
- Prêter attention au moindre détail
- Ne rien faire d'inutile"

Miyamoto Musashi; les 9 principes.

Meta-
Sha d'ombre

Féminin Messages : 1303
Date d'inscription : 04/09/2010
Age : 20
Localisation : Là-bas

http://www.apaoc.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fear

Message par Itarillë le Mar 19 Jan 2016 - 10:58

Joli(e) vidéo *sourire*

Je me permets de revenir dans les débats, parce que celui-ci m'interpelle vraiment. C'est une de mes problématiques en ce moment. La peur.
Je vais essayer d'être aussi franche que possible.

J'ai peu de peurs. Je n'ai pas peur des autres, ou de quelqu'un en particulier. Je n'ai pas peur de moi, non plus. Non, mes peurs vont quasiment toutes dans la case "peur pour soi".
- J'ai peur de la douleur.
- J'ai peur des araignées.
et plus récemment :
- J'ai peur de la Mort.

On va passer rapidement sur les araignées. Parce que c'pas phobique, c'est une peur que je maîtrise. Je peux me forcer à me calmer, je peux même me confronter à ma peur (jeter l'araignée par la fenêtre, après l'avoir bloquée sous un verre.) (Vous sentez la pointe de fierté, là, hein ? Razz )

Parce que je la maîtrise, je la considère de moins en moins comme une peur.

Mais elle est un exemple où j'ai réussi à ne pas donner plus d'importance à ce dégoût, et ne pas le laisser impacter ma vie.

J'ai peur de la douleur. Je pense que c'est mon plus gros problème pour mon avancée. J'ai peur de... me faire mal.
C'pas une peur lancinante, réellement palpable. Mais je sais que je m’empêche de faire des choses, à cause de ça.
J'étais une vraie casse-cou, gamine. Je ne sais pas quand je suis devenue peureuse *rigole*
J'ai fais un an de parkour, en salle. J'ai jamais vraiment tracé en dehors, j'aimais pas le faire seule, et ça n'intéressait personne dans mes amis.
Je considère que c'est par manque de courage et de volonté que je n'ai pas pratiqué plus. J'ai toujours dit que j'étais pas une traceuse dans l'âme. La vérité est qu'à mon avis, je ne me suis jamais donnée les moyens d'essayer réellement.

J'ai arrêté parce que les chocs répétés en atterrissant ont fini par m'abîmer les genoux, et je tenais à pouvoir courir sans avoir les articulations qui bloquent.
C'est pas arrêter le parkour que je regrette. C'est ne jamais l'avoir essayé.

J'ai peur de la Mort. Ça date de cet été, et de mon premier deuil.
Mon cousin est mort. Accident de voiture. Personne en cause. 20 ans.
Ça a vraiment chamboulé ma vie. Au delà du deuil de mon cousin, c'est toute la fragilité de ma propre vie qui m'est soudain apparu. J'ai eu peur en traversant la route, pendant 6 mois. Peur que tout s'arrête, d'un coup, comme ça, pour rien. C'est pas après la mort qui m'angoisse. C'est perdre la vie, alors que j'ai 19 ans et tant de choses à vivre.
Venant de m'inscrire au code, ça m'a vraiment bloquée. J'ai fait des crises de panique, d'angoisse. La peur comme je ne l'avais jamais connue. La peur qui t'arrête en pleine rue, tes jambes qui te lâchent, et cette sensation de mourir sur place... Une sorte d'aspiration des sensations, et un mal-être insupportable.

J'ai eu aussi ce moment où j'avais constamment peur qu'un de mes proches meurt, mais cette peur là à été vite reléguée au fond du placard (je ne sais pas comment), et elle m'a plus trop embêtée.

J'ai mis du temps à m'en remettre. J'ai cru que j'en étais guérie.
Et puis en fait, c'est encore là, tapie. J'fais beaucoup d'effort pour prendre sur moi. Accepter d'avoir peur, comme disait Mayt. La peur est là et on y peut rien. Il faut faire avec, avancer avec.

Aujourd'hui, je digère doucement la peur, je l'apprivoise.
Parfois il faut accepter qu'elle soit là, et qu'on n'y puisse rien. Établir une sorte de contrat. "Ok, la peur, tu restes, j'peux pas te virer. mais tu t'fais discrète, j'veux pas t'entendre ok ? J'te laisserais pas me mener la vie dure"
Et puis y'a les peurs qu'il faut combattre. Celles avec qui y'a pas de compromis possible. [ -> ma peur de me blesser, sur laquelle il faut que j'avance] [btw : des conseils ?]

Itarillë
P'tite étincelle

Féminin Messages : 443
Date d'inscription : 31/03/2012
Localisation : Right after the sunset and straight on 'till morning

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fear

Message par Serpio le Mar 19 Jan 2016 - 12:34

Je distingue deux sortes de peur. Pour moi en tout cas, je pense pas en avoir d'autres. 

Les peurs qui viennent de moi, via le corps, et celle qui viennent pas la réflexion.

Je m'explique:
J'ai vraiment très beaucoup peur du vide. Pas le vertige, juste que je suis dans tous mes états quand je suis en hauteur.
J'étais incapable de laisser pendre mes bras dans le vide, au dessus de la barrière d'un balcon. x)

Mais voilà, c'est pas une peur qui vient quand j'y pense, c'est une peur qui vient quand mon corps comprend qu'il est en hauteur, et qu'il envoie des signaux qui provoquent ma peur, qui m'alarment.
C'est des informations, et elles m'ont bloqué longtemps.
Mais j'ai fini par réussir à passer outre. Pas à oublier, ou fermer les yeux dessus, surtout pas, mais serrer les dents et continuer à avancer.

Il y a ces peurs stress, qui sont des informations, qu'il faut apprendre à accepter, apprendre à jouer avec.

Et puis il y a les autres peurs, celles qui viennent de mes pensées.
Quand je me suis mis à bouger sur un toit, j'ai eu peur pour les autres. Et ça m'arrive encore beaucoup, j'ai peur que les gens se fassent mal. 


Si je monte tout le scénario dans ma tête, je peux avoir peur que mon sandwich soit empoisonné aussi. x)
C'est la même peur, celle de l'imagination, du "pourrait être", surtout quand c'est peu probable.
Celle là j'm'en moque assez souvent, parce que dans tous les cas on peut pas faire grand chose avant que ça arrive. ^^

Après je sais qu'il y a des blocages, que je rentre pas dans les peurs tant qu'ils sont pas trop imposants, tel que mon genou.
Beaucoup de choses que je voulais lancer avant, je ne le fais plus now, parce que j'ai peur de me refaire mal.
Mais c'est pas comme "oh mon dieu, si je saute sur place je vais me faire mal", c'est juste que parfois, quand les sauts sont gros, j'ai de l'appréhension, et cette bête noire qu'est le passé revient me freiner.
Mais là aussi j'arrive à passer outre quand c'est pertinent. ^^

La peur c'est pas un truc facile à aborder, parce que ça peut prendre beaucoup de formes, avec de nombreuses origines. 
Physique, mentale, blocages/traumatismes, etc...

Pour le moment, personnellement j'ai déterminé que le mieux était de toujours s'écouter, que ce soit sa tête ou son corps, et si l'envie et la réflexion de faire/accomplir l'objet de ses peurs est vraiment là, de se pousser à le faire, sans fermer les yeux.
La peur c'est bien, ça fait se sentir vivant. :3

Et puis demander de l'aide aussi, ça marche bien. ^^
Rappelez vous que vous serez toujours plus fort que vous même, tant que vous chercherez à progresser, et que donc ce que vous êtes et ce dont vous avez peur ne peut pas vous dépasser.

Serpio
Serpent Sha Dho

Masculin Messages : 1210
Date d'inscription : 29/05/2011
Age : 20
Localisation : Un peu partout

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fear

Message par Sasori le Mar 19 Jan 2016 - 14:05

Les quais de gare, c'est ce qui a été pendant pas mal de temps une de mes principales peurs.
Ce que je fais ? Je ne montais pas sur le quai ou alors je me tenais à la barrière. C'est passé, puis ça s'est transmis à d'autre chose.

Ender me demandait il y a quelque temps si j'avais jamais essayé de me mettre dans une optique où un seul personnage pouvait prendre le contrôle de moi-même, et je lui ai dit que je ne voulais pas essayer, parce que ma phobie est simplement de turn off mon cerveau. De voir un quai de gare et de faire un gros câlin à un train ou de faire mal à des gens que j'aime pour seule raison que... pourquoi pas ? 
Comment je la surmonte ? Je ne la surmonte pas, je l'ai acceptée.
Comment je vis avec ? Si je la sens revenir, je respire, j'arrête ce que je fais (ça peut m'arriver souvent quand je faisais la cuisine avec les couteaux), souvent je visualise des personnages apaisant, je mets le temps en attente, pour un moment, en attendant que ça passe, généralement ça ne dure pas plus de 5 minutes.

Ensuite ma deuxième grande peur ? Me rendre compte que malgré tout le travail, je n'y arrive pas.
La peur de la déception de soi-même.

J'ai beaucoup fait de tennis et je gérais plutôt mal la compétition. Mentalement, je n'arrivais pas à trouver de juste milieu entre pas assez d'émotions, trop d'émotions et il y avait cette peur de se décevoir soi-même, celle d'avoir bossé pendant des heures et des heures et simplement ne pas y arriver.
Je retrouve cette même peur de la déception dans mes examens universitaires.
Peur de la médiocrité.

Le stress lui a disparu. Au fil du temps, j'ai réussi à le gérer, notamment au moyen de rituel. 45 minutes avant mon examen, je me rends au magasin de l'université où j'achète un energy drink ensuite je me rends dans les toilettes où je le bois et où j'écoute toujours la même chanson et ensuite je vais à ma salle. Dans ces moments là, généralement, je fais plus attention aux tocs de mon enfance et le plus important d'entre eux: Tout doit être paire et équilibré. Si ma main droite ouvre la porte, je vais la toucher également avec la gauche. Si je marche sur une ligne avec le milieux du pied, la fois d'après, ce sera l'autre pied qui devra marcher sur la ligne. Tous ces petits rituels me mettent en condition, pour un match de tennis, un entretien stressant ou un examen. On retrouve notamment de très bonnes explications des rituels pré-stress dans le livre "Rafa" co-écrit par Rafael Nadal.
Malheureusement, pour la peur de la médiocrité, j'ai pas encore réussi à l'effacer. Je pensais que ça diminuerait avec le temps, mais pas vraiment.

Est-ce que j'essaie de les surmonter ?
Alors oui, toutes les "petites" peurs, qui ne sont pas petites pour autant, mais des peurs situationnelles comme ce que je pourrais avoir par exemple en rencontrant de nouvelles personnes, si jamais je traçais dehors etc, alors oui, ça j'essaie et je le réussis à des rythmes variés.


Pour les deux grosses peurs que j'ai cité, je les accepte, je sais qu'elles sont là, qu'elles peuvent revenir ou disparaître. Je sais les gérer, après, elles ne m'handicapent pas foncièrement. Ce n'est pas parce que j'ai peur d'être médiocre que je ne vais pas faire un match de tennis ou un examen, mais il faut passer outre et c'est ce que je fais.

Sasori
Joli Coeur

Messages : 454
Date d'inscription : 09/07/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fear

Message par Ender le Mar 19 Jan 2016 - 14:33

Mayt a écrit:Je suis monté sur une cheminé d'usine avec Ender, à Montréal. Tu n'es pas sans savoir qu'il a le vertige. Et il m'a dit alors : "Là, j'ai peur, très peur.", avec la plus grande décomplexion du monde. Au point que pour peu qu'il ne me l'ai pas dit lui-même, je ne suis pas sur que j'aurais su de moi-même voir sa peur.

Personne n'est sans peur. Il est vain d'essayer de ne pas avoir peur. La seule chose à laquelle tu dois t'habituer, c'est pas l'objet de ta peur, c'est ta peur elle-même. Souvent la peur nous fait perdre la mémoire, nous fait douter de nos certitudes les plus fondées. Apprendre à connaitre sa peur, ça permet de retrouver la mémoire. Ce n'est pas à l'inconnu qu'il faut t'habituer, tu dois apprendre à retrouver tes certitudes dans la peur, indépendamment de son objet.

Qu'est-ce que ça signifie "connaître sa peur"? J'ai commencé le parkour avec une naïveté que vous ne connaîtrez jamais, car vous êtes déjà trop vieux. À 13 ans, le garçon que j'étais ne connaissait pas la peur, du moins pas la peur latente, du moins pas la peur d'avoir peur. Je montais sur un toit avec un sourire au lèvre, trop content et heureux d'être là, puis je figeais comme une merde en voyant le sol plus bas. Plus capable de bouger, mon corps tétanisé par la hauteur. Qu'est-ce que la naïveté apporte? La certitude que tout le monde vit ça, la réalisation conséquente que tout le monde qui bouge a passé à travers et donc une conclusion que, si tout le monde passe à travers, alors c'est facile de passer à travers. Alors j'ai juste travaillé pour. Je peux l'expliquer de 1000 manières, exprimer précisément ce qu'il faut faire dans sa tête pour faire passer une peur paralysante à une peur informative, mais c'est vain. J'ai pas vaincu ma peur des hauteurs et ma peur de l'eau en regardant des vidéos youtube "Follow your dreams". J'ai vaincu mes peurs en apprenant à les connaître intimement. Pour ce qui est des hauteurs, je suis monté sur ce toit de 3 mètres un minimum de 4 à 5 fois semaine, pour attendre que ça passe, pour jouer sur ma PSP à Monster Hunter, pour m'entraîner physiquement. Dans tous les cas, je devais me calmer pour redescendre, parce que désescalader un toit, c'est clairement la pire partie. Quand je suis devenu confortable à 3m, je suis monté un étage plus haut. J'ai recommencé le travail que j'avais effectué plus bas, sans relâche. Je suis devenu à l'aise, globalement. Pour le devenir plus il me faudrait faire de l'escalade de haut niveau pour que je ne puisse plus passer à travers avec la moindre tension musculaire fatigante. Dans tous les cas, ce n'est pas un travail qui s'effectue en 6 mois ou moins; c'est ça, pour moi, "connaître sa peur": l'affronter si possible chaque jour, sinon plusieurs fois par semaine, et discuter avec elle (comme Ellana et les rivières).

Bref.

____________________________________________________________________

"Our deepest fear is not that we are inadequate. Our deepest fear is that we are powerful beyond measure. It is our Light, not our Darkness, that most frightens us. [...] And as we let our own light shine, we unconsciously give other people permission to do the same. As we are liberated from our own fear, our presence automatically liberates others."

Ender
Unchained

Messages : 889
Date d'inscription : 06/12/2011
Age : 23
Localisation : De retour d'Anteverse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fear

Message par - Aliac - le Mar 19 Jan 2016 - 22:18

Je suis une peureuse.
Comme ça c'est dit. 

Je n'ai pas des dizaines de peur, non. Mais j'ai des peurs constantes. J'en ai peu. Deux en fait. Mais deux grandes peurs. 
J'entends par grandes que ce ne sont pas des peurs auxquelles on n'est pas confrontés au quotidien, comme la peur d'un animal ou d'un événement. 

D'abord, j'ai peur du vide. Oui, vertige, acrophobie et tout ce qui va avec. (Pour ceux qui ne connaissent pas la différence, l'acrophobie est la peur de la hauteur pure et dure, tandis que le vertige c'est se sentir happé, attiré par le vide qu'on surplombe) Mais pas seulement, j'ai une peur panique que j'essaie de contrôler mais contre laquelle je ne parviens jamais à aller. Je suis par exemple incapable de monter la tour Eiffel autrement qu'à quatre pattes, en plus de ne pas pouvoir m'approcher des bords, même là où c'est des vitres. Je ne peux pas non plus traverser un pont suspendu par exemple. Ou monter des escaliers en colimaçon. 

J'essaie bien sûr, j'essaie parce que ouais, franchement, n'avoir pas pu voir Paris de haut, ou visiter le "derrière le pont" de la chaussée des géants en Irlande, ça m'a vraiment fait mal. Blessée au plus profond. Et redescendre les escaliers d'une cathédrale en pleurs sur les fesses un jour boueux avec plein de monde autour, c'est pas non plus ce qu'il y a de plus agréable. 

J'essaie, j'essaie toujours. Mais je crois qu'au final, ça me fait beaucoup plus de mal que de bien. Je le vis chaque fois comme un échec, une honte intérieure, une déception de plus à laquelle faire face. 


Ma deuxième peur est moins matérielle. J'ai peur des gens. On peut appeler ça l'agoraphobie. Pas des gens en temps qu'individus. Des gens à partir du moment où je ne peux rien maîtriser de leur comportement. Le plus courant, c'est la peur de la foule. Peur panique. Je peux aller jusqu'à finir assise au sol au milieu d'une foule en mouvement, recroquevillée sur moi-même et en pleurs, à me balancer d'avant en arrière. Comme déconnectée du monde qui m'entoure. Et ce n'est pas sans séquelles ... S'ensuit une putain de paranoïa de plusieurs jours, où voir la moindre personne me plonge dans une panique sans fin ... 

Alors moi, je classerais plutôt les peurs en deux catégories : les peurs auxquelles on est obligé de se confronter (pour moi, celle des gens) ; et les peurs qu'il est préférable d'éviter. Ceci est critiquable j'en ai conscience ... 

Mais c'est vrai pour ma personne au moins.

- Aliac -
Arpenteur de la Voie

Féminin Messages : 80
Date d'inscription : 30/08/2015
Age : 19
Localisation : Ailleurs

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fear

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 13:13


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum