Réflexions sur la maturité, l’immaturité et autres concernant ça

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Réflexions sur la maturité, l’immaturité et autres concernant ça

Message par Nuit le Dim 2 Juil 2017 - 21:43

En rentrant du brevet avec une amie on a réfléchie sur la maturité donc voilà jeter un œil je vous ais réécris parce que c'était difficile à lire(bon on ressortait d'une dissertation de 2 heures alors voilà on était un peu fatiguées donc soyez indulgent s'il vous plait). ;-D

Mature - réfléchie aux conséquences - actes
Liberté - choix juste malgré ses propres envies (Là on est partis du point de vue qu" 'il n'y a pas d'homme plus libre que celui qui pense ses actes justes" et qu'il ne fallait pas être prisonnier de ses envies)
Bébé - innocence, libre, immature, vulnérable, non méfiant, confiance accordée gratuitement
Entourage - Trahir(par soi-même ou par les autres) - Méfiant - Grandi
                                                                                         - (ou)Se ferme - se repose sur quelque
chose (argent, désir, matériels) - non libre(dépend de ses désir) et/ou immature - non libre mature -
non libre souhait de l'être car a pris conscience de ce que la liberté, mature - libre mature

Immature - grandis - mature (matériels (école))
                              -mature (vie)
Rêves - Agis pas (rien) (rêver est-t-il immature ou mature?)
          - Agis pour les réaliser)

Pas de pause - immature (vie)

2 Immaturités: - réfléchie pas aux conséquences matérielle (école)(peut-on encore appeler ce la de l'immaturité?)
                       - réfléchie pas à la vie, conséquences humaines
 
 
                           Vie:

1. Naissance, innocence
2. Trahison de l'entourage, compréhension noire du monde
3. Méfiant ou immature
4. On se ferme longtemps ou on passe au 5
5. Grandis, comprend la vie et ses choix
6. Liberté
5'. On cherche quelque chose sur quoi se reposer et mettre toute sa vie( amis, drogue, argent, ...)




avatar
Nuit
Arpenteur de la Voie

Féminin Messages : 78
Date d'inscription : 30/04/2017
Age : 14
Localisation : Là où brille la lune, vole le vent et hurle le loup

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur la maturité, l’immaturité et autres concernant ça

Message par Elio Til' Caldian le Dim 2 Juil 2017 - 22:13

Là où je ne suis pas d'accord c'est quand tu dis
Vie:

1. Naissance, innocence
2. Trahison de l'entourage, compréhension noire du monde
3. Méfiant ou immature
4. On se ferme longtemps ou on passe au 5
5. Grandis, comprend la vie et ses choix
6. Liberté
5'. On cherche quelque chose sur quoi se reposer et mettre toute sa vie( amis, drogue, argent, ...)
Car cela signifierait que c'est comme cela pour chacun. Or, certaines personnes passent leur vie immatures, à rien faire, à être prisonnier même parfois, certains profitent d'ailleurs d'une certaine maturité pour se placer au dessus des autres. Beaucoup ne sont jamais libres, même si ils tendent parfois à l'être si l'on dit simplement que la liberté c'est agir en pensant son acte juste. Car si quelqu'un vit dans une ville qu'il aime, MAIS a un boulot qu'il n'aime pas mais qu'il fait pour élever sa famille, il ne sera pas libre mais il tendra à l'être car ses choix sont à ses yeux justes.
avatar
Elio Til' Caldian
Arpenteur de la Voie

Masculin Messages : 128
Date d'inscription : 19/02/2014
Age : 17
Localisation : disparu

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur la maturité, l’immaturité et autres concernant ça

Message par Nuit le Dim 2 Juil 2017 - 22:48

Oui tu as raison  je devrai mettre dans le 4 on se ferme longtemps, ou jusqu’à la fin de sa vie ou on passe au 5.
Quant à ces personnes qui profitent de leur maturité pour être supérieur aux autres sont-t-elles là vraiment mature (dans le sens vie)? Est-ce mature de ce considérer supérieur donc de juger les autres?

Laisses-moi réfléchir un peu à tes réflexions très intéressantes sur la liberté.^^
avatar
Nuit
Arpenteur de la Voie

Féminin Messages : 78
Date d'inscription : 30/04/2017
Age : 14
Localisation : Là où brille la lune, vole le vent et hurle le loup

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur la maturité, l’immaturité et autres concernant ça

Message par Elio Til' Caldian le Lun 3 Juil 2017 - 19:13

Quelqu'un de mature (souvent au collège/lycée) utilise souvent cela pour obtenir une certaine reconnaissance, car il "sait réfléchir" si l'on suit ta définition et les conséquences sont à ses yeux positives. Peut-être que l'on peut dire qu'au final il n'est pas mature du point de vue "moral", seulement il sait réfléchir.
avatar
Elio Til' Caldian
Arpenteur de la Voie

Masculin Messages : 128
Date d'inscription : 19/02/2014
Age : 17
Localisation : disparu

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur la maturité, l’immaturité et autres concernant ça

Message par Serpio le Lun 3 Juil 2017 - 19:15

Il y a énormément de sujets qui sont abordés là.

L'entourage n'est pas toujours contraignant pour la liberté, la maturité n'est pas toujours nécéssaire pour être libre, et inversement, le schéma que tu as fais d'une vie en "général" est, je pense, un peu trop large et trop nivelé. La vie d'un homme passe par des allez-retours entre ces étapes, et d'autres encore, tel que la remise en question ou alors le fait de ne se reposer que sur soi même.

Est ce que tu as une direction particulière qui t’intéresse vis à vis de tes réflexions ? Une inconnue, un truc qui te vas pas? Il est difficile de faire un échange s'il n'y a pas une problématique derrière. ^^
Et je dois avouer que juste tenter de corriger le raisonnement ferais plus de mal que de bien. X)
avatar
Serpio
Serpent Sha Dho

Masculin Messages : 1497
Date d'inscription : 29/05/2011
Age : 21
Localisation : Je n'y suis déjà plus...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur la maturité, l’immaturité et autres concernant ça

Message par Nuit le Mer 5 Juil 2017 - 0:02

Elio Til' Caldian a écrit:Beaucoup ne sont jamais libres, même si ils tendent parfois à l'être si l'on dit simplement que la liberté c'est agir en pensant son acte juste. Car si quelqu'un vit dans une ville qu'il aime, MAIS a un boulot qu'il n'aime pas mais qu'il fait pour élever sa famille, il ne sera pas libre mais il tendra à l'être car ses choix sont à ses yeux justes.
Je pense que dans ce cas son patron peut aller lui demander d'aller nettoyer les écuries du château de Gonzard (je ne sais pas s'il existe) à 10 000 km il n'en sera pourtant pas moins libre pour moi. Il peut toujours lui demander de faire la vaisselle (bon je sais pas quel boulot il fait donc voilà hein!!!) mais si cet homme pense qu'il ne fait que des actes justes il sera libre malgré tout ce qu'on peut lui imposer car aucunes chaînes ne l'enchaîne(bon c'est nul je sais). Cet emprisonnement extérieur ressemble  pour moi justement aux chaînes d'Ellana on peut l'enchaîner elle restera marchombre valide ou blessée,...

Là parle-t-on de maturité ou d'intelligence?

Je ne pense pas qu'on puisse résumer la vie à un simple schéma (comme à des centaine d'ailleurs) même avec quelques mots mais je voulait avoir un point de vue générale, nous tombons et nous nous relevons(oui ça ressemble fort à batman). On peut faire tel ou telle autre partie avant de passer à encore une autre ou de ne jamais y passer.
Bon au départ comme je suis dans "l'âge bête" ou la terrible "adolescence" (c'est très pénible d'ailleurs) j'ai l'impression que c'est pour eux(mes parents) comme une période où l'enfant se comporte avec immaturité alors je me demandais à quel âge devient t-on mature? Bien que je pense qu'il n'y a pas d'âge pour ça. Ce serait plus de l'âge mental mais alors l'adolescence cette période a-t-elle une raison d'être car elle dépendrait de chaque enfant.
avatar
Nuit
Arpenteur de la Voie

Féminin Messages : 78
Date d'inscription : 30/04/2017
Age : 14
Localisation : Là où brille la lune, vole le vent et hurle le loup

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur la maturité, l’immaturité et autres concernant ça

Message par Serpio le Mer 5 Juil 2017 - 9:54

Le terme de "juste" dans la phrase "un homme libre fait ce qu'il pense juste" sous entend une "justice", donc des règles ou au moins une suite de notions ou de valeurs, ou un objectif fédérant ces prises de décisions.

L'homme qui crois ses choix juste sans savoir pourquoi n'est pas libre. Qu'un choix soit juste ne suffit pas à dire qu'il a été prit avec liberté.

J'aimerais aussi préciser un truc, même si c'est un peu hors sujet, l'image des chaines d'Ellana n'indique pas qu'Ellana choisit de porter des chaines, qu'elle en accepte et qu'elle reste libre. Elle indique juste que même avec des chaines un marchombre reste libre.
Ce serait une bonne idée d’arrêter de justifier les chaines du style "un travail" ou "les parents" par cette phrase. ^^


Je suis d'accord avec toi Nuit, on s'est un peu écarté du sujet. ^^

Je pense que la maturité arrive avec des prises de conscience qui dépendent directement de ton age, dans le sens ou tu n'es pas considéré et donc traité de la même manière à 12 ans et à 20. Et tu ne peux comprendre/vivre/découvrir certaines choses si elles dépendent de comment les gens te vois.

Un exemple tout bête, si les gens ne te jugent pas assez vieux pour acheter de l'alcool, ben t'en achètes pas (dans l'idéal. XD ) donc techniquement tu ne sais pas ce que ça fait qu'acheter de l'alcool. Du moins légalement.
C'est nul et sans grande portée philosophique mais c'est un exemple. ^^
avatar
Serpio
Serpent Sha Dho

Masculin Messages : 1497
Date d'inscription : 29/05/2011
Age : 21
Localisation : Je n'y suis déjà plus...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur la maturité, l’immaturité et autres concernant ça

Message par Artémisia le Mer 5 Juil 2017 - 14:18

Mon principal problème avec le sujet que tu as posté est que tu cherches à contrôler ton évolution psychique. Tu cherches à comprendre dans quelles "phases" ce passe tel truc, ( d'ailleurs si ce sont des questions qui t'intéressent vrament, je tinvite à lire tout ce qui est psychologie et psychanalyse) et je pense que cest à la fois reducteur et inutile. Pourquoi vouloir faire des généralités avec une chose si personnelle à chacun? Je crois aussi qu'il faut lier à tout ce joyeux bazar la question du pourquoi.  Pourquoi parle-t-on de maturité à l'adolescence? Pourquoi est-elle si nécessaire parfois ? Pourquoi cherche-t-on à être plus mâture à ton âge?

Ensuite, je comprends tes questionnements sur ça. C'est insupportable de voir des gens plus grands te traiter comme inférieur parce que tu es plus jeune et donc moins mâture. Je dirais que la meilleure manière de contrer l'immaturité, c'est justement de profiter d'elle. D'accepter qu'il y ait des choses qu'on ne puisse pas compendre et les laisser aux autres, mais garder ses choses à soi, et les vivre encore plus intensément. On a le temps. Ça ne sert à rien de vouloir être mâture plus vite. C'est gratifiant, peut-être, mais les délires entre potes n'ont pas besoin de maturité, les réflexions que tu peux avoir sur le monde n'ont pas besoin de maturité. Ce sont les tiennes, à toi et elles sont aussi précieuses que celles d'un hommes de 70 ans ou qu'un moine de shaolin. Je ne dis pas qu'elles sont aussi intéressantes si on aborde certains sujets ou aussi poussées, mais ça viendra et ça n'enlève rien à leur valeur. 
Par contre, le danger est, je crois, de chercher à être plus mâture par égoïsme et narcissisme. Je ne pense pas que ce soit ton cas, alors la question que je pose est la suivante: pourquoi voudrais-tu être plus mâture ? (si tant est que c'est que tu veux, mais je pense que c'est ce que tu voulais signifier avec ton message, enfin je crois).

Et puis, au fond, la maturité, je pense que la floraison de sa conscience. C'est l'ouverture d'esprit nécessaire à comprendre le monde. C'est savoir ce que l'on sait et ce que l'on ignore et l'accepter. Être mâture, pour moi, c'est comprendre que le monde ne tourne pas autour de nous. Ce qui à l'air évident comme ça, mais c'est enfait plutôt difficile d'en prendre vraiment conscience.
Alors, comment devenir plus mâture? Observer, écouter, discuter, remettre en question, vivre quoi! Il n'y a pas de recette.
De plus, je ne pense pas que la maturité soit directement liée à l'âge mais plus à l'expérience, petite nuance qui, dans certains cas, s'avère être primordiale.
Sinon, je suis d'accord avec Serpi-chou x)

La maturité est-elle liée à l'intelligence? Hm. Non, je ne pense pas. L'intelligence peut donner une illusion de maturité, mais pas forcément une véritable maturité. Après, il est possible que les gens intelligent aient plus facilement accès à la maturité parce qu'il tirent du réel des informations et des raisonnements que les autres ne perçoivent pas aussi rapidement.

Tu aborde aussi une autre question très complexe, celle du mépris. Le mépris n'est pas quelque chose d'agréable à subir, c'est certain. Et pourtant, chez certaines personnes, il est nécessaire. Les gens plus mâtures au collège comme au lycée, et j'étais, malheureusement, la première à l'être à une certaine période, sont méprisant par crainte de se voir associer avec ce qu'ils n'ont pas envie d'être: immatures. Ils sont méprisant car ils ont peur qu'au fond, eux aussi soient immatures, et ça, ils ne le supportent pas. Donc ils sont méprisants, pour marquer une différence avec l'objet de leur angoisse.

Ensuite, pour ce qui est de la liberté, Serpio a dit le principal! 

Voilà pour moi, j'espère que j'ai pu t'aider un peu avec tes questions!
J'espère que le brevet s'est bien passé!!
avatar
Artémisia

Féminin Messages : 17
Date d'inscription : 27/06/2017
Age : 16

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur la maturité, l’immaturité et autres concernant ça

Message par Nuit le Jeu 6 Juil 2017 - 12:01

Pour la liberté comme je suis d'accord avec toi Serpio je n'ai rien à dire.

Que la maturité vienne avec l’expérience ça me va très bien aussi.

Je ne cherche pas spécialement la maturité enfin j'essaye de comprendre la vie et certaine choses et c'est peut être de la maturité mais(je me perd là) enfin bon. C'est plus que je trouve débile de juger quelqu’un que tu ne connaît pas sur son âge c'est idiot et injuste. Du coup ton idée de profiter de mon immaturité m’intéresse fortement. 

Comment le mépris peut-t-il être nécessaire? Faire preuve de mépris envers une personnes n'est-ce pas justement de l'immaturité? Et le jugement?

Pour le brevet je devais faire 64/300 points x) pour avoir très bien si j'ai pas réussie c'est que je suis nul. C'est pas un examen ça c'est une grosse blague!
Autre chose je pourrais pas vous répondre avant un bon bout de temps (je pars en vacance dans un endroit sans internet et oui ça existe encore.^^)
avatar
Nuit
Arpenteur de la Voie

Féminin Messages : 78
Date d'inscription : 30/04/2017
Age : 14
Localisation : Là où brille la lune, vole le vent et hurle le loup

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur la maturité, l’immaturité et autres concernant ça

Message par Lekoen le Ven 14 Juil 2017 - 11:29

Je reviens sur différentes associations qui ont été faites.

Tu dis qu'il n'y a pas d'homme plus libre que celui qui pense ses actes justes.

Je reviens sur la liberté, parce que pour moi liberté et justice ne sont vraiment pas toujours corrélées. Le fait d'être convaincu que ses actes sont justes implique que les actes réalisés sont légitimés aux yeux de cette personne, par rapport à ses propres valeurs par exemple.

Par contre, est-ce qu'il suffit qu'un homme réalise un acte juste pour être et surtout se sentir libre? Le sens de la justice peut tout aussi facilement se transformer en carcan, lorsqu'il mène à des sacrifices. Où est alors la liberté, quand la justice se transforme en devoir parfois non souhaité?

Si on élargit l'échelle et qu'on parle d'une liberté plus collective, des actes sont-ils justifiés si leur auteur les pense fondamentalement justes?  La liberté personnelle peut (et doit parfois!) buter sur la liberté collective. Se sentir libre d'accomplir des actes au détriment de la liberté du voisin n'introduit qu'un sens de la justice toute relative (je suis pas sûr que le voisin, lui, les trouve si juste que ça!).


Ensuite, par rapport au mépris, il peut être une sorte de protection par rapport à d'autres comme le dit Artémisia, mais ne devient-il pas un rempart aussi protecteur qu'isolant? Il permet de mettre de la distance, mais au final, on se retrouve souvent seul. Et pour montrer que rien ne nous touche, on continue d'être méprisant ou lointain. Pour l'avoir vécu il y a un moment, c'est un cercle vicieux dont on a du mal à sortir ensuite. 

Par contre, je ne dirais pas qu'il est nécessaire. Il est une solution, une protection contre les autres. Mais en marquant si volontairement sa différence avec eux, on court aussi le risque d'attiser leur propre mépris pour cette personne qui marque sa différence. Et au final, est-on si différent? On agit et réagit de la même manière, même si les raisons changent. Là-dessus, je n'ai pas de solution miracle à proposer. C'est tellement facile de tomber dans la condescendance ou le mépris. Et s'ouvrir aux autres, c'est aussi exposer ses propres faiblesses. Et c'est quelque chose qu'on ne peut pas se permettre dans certains environnements, ou plutôt, c'est quelque chose que tout le monde se refuse de permettre pour entrer dans la norme.

Lekoen

Masculin Messages : 10
Date d'inscription : 30/03/2017
Age : 21

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur la maturité, l’immaturité et autres concernant ça

Message par Artémisia le Ven 14 Juil 2017 - 20:15

Tout à fait d'accord avec toi, Lekoen, sur tout ce que tu as dit sur la justice et la liberté!

Ensuite, bon, ok, ce n'est pas vraiment le sujet à la base, mais la question du mépris mérite d'être traitée en profondeur. Déjà parce que c'est passionnant, et ensuite parce que je crois que la maturité et l'immaturité sont séparées par ce #*@$% de mépris qui fait bien chi... qui embête beaucoup de monde. Parce qu'à mon avis, s'il n'y avait pas des grands pour mépriser les petits, ben les petits seraient bien moins pressés d'être grand pour taper sur les encore plus grands. 
C'est pas clair. Bref. Donc, parlons du mépris. 

Je ne pense pas que ce soit uniquement une protection. C'est aussi une libération; pourquoi est-on méprisant? Pour s'autoriser à être plus que ce qu'on a autrefois admiré. C'est peut-être simplement un moyen de dépasser l'adoration et l'ignorance et d'accepter sa valeur propre. C'est une étape nécessaire pour changer, pour évoluer ( je ne parle pas d'un mépris exprimé, mais bien intérieur). Le mépris est un désintéressement, une volonté d'être plus. Lorsqu'on méprise quelque chose que l'on connait par cœur, que l'on a testé, qui ne nous est plus utile, le mépris nous pousse à chercher ailleurs de quoi nourrir notre esprit, ce qui est plutôt positif.

Pourquoi, à l'adolescence, méprisons-nous nos parents, leur génération, leurs habitudes? Peut-être parce que nous avons soif de quelque chose de neuf et que pour couper les ponds avec le nid familial, il faut penser qu'on peut s'en envoler, et donc que l'on vaut mieux que cela: Le mépris n'est même pas nécessaire, je dirais que c'est un réflexe.

( ça c'était le mépris cool)

Mais, il devient dangereux lorsqu'il est systématique et réducteur. Un mépris dit "non justifié" ( par exemple, le refus de s'intéresser à une certaine culture soi-disant parce qu'elle est inférieure), autrement dit, un mépris qui se base sur des préjugés, ne mène nulle part et ne montre qu'un enfermement, et non pas une volonté d'avancer.  

Ensuite, un mépris "social" et non plus "intellectuel" (je mets des guillemets parce que je doute que ma phrase veuille dire qqch) un mépris évident, démontré, exprimé, n'est peut-être  pas la meilleure chose qui peut lier deux êtres. On peut mépriser l'autre, mais le montrer? Le mépris n'a d'utilité que pour celui qui le ressent et non pour l'objet vers lequel il est dirigé. (sauf quand c'est un musicien qui joue faux) ( et encore, autant lui dire clairement que c'est de la merde et lui dire de bosser, plutôt que de le mépriser). 
Autant s'abstenir de blesser l'autre.

Ensuite, un mépris qui naît d'un sentiment d'infériorité (par exemple, le mépris d'artistes "classiques" pour les marginaux ou encore les Aristotéliciens face à Molière) (ils n'étaient en rien inférieurs) (mais, face au succès de Molière, que eux n'avaient pas, ils le méprisaient en prétextant une supériorité, alors que leurs mépris était né d'une jalousie), là, au contraire, ne fera que voiler la face de celui qui le ressent. Et il ne le rendra sûrement pas plus désireux d'apprendre. Il ira au contraire, vers la volonté de détruire l'objet du mépris, au lieu de s'en éloigner. 

Ensuite, oui, je pense que nous sommes tous radicalement différents. En fait, qu'est ce qu'être différent? Avec quels critères peut-on juger de ce qui unit les êtres et de ce qui les séparent? Je pense que c'est une question d'échelle, comme souvent. Au sein des êtres humains, il y a des ethnies, au sein des ethnies, il y a des individus, et au sein des individus, il y a encore des différences. Même entre des jumeaux! 
Je pense que nous devrions partir de cette idée pour réfléchir sur les rapports humains. Ça évite de passer à la trappe telle ou telle minorité sans nous empêcher de faire des généralités nécessaires à ce genre de réflexions. Bien-sûr, nous agissons de manière similaires, nous pensons probablement de manière similaire mais nous agissons parfois de manière totalement différente. 
Un enfant et un adulte sont différents. Un ado et un autre ado sont aussi différent l'un de l'autre, donc le mépris peut être justifié. Pas légitime, mais justifié, parce qu'il y a des différences, réelles ou fantasmées, entre les êtres.

Quant à l'ouverture de soi aux autres... Bonne question. 
Peut-être que c'est justement lorsque l'on expose ses faiblesses au regard de autres, après les avoir acceptées, qu'elles deviennent moins susceptibles d'être exploitées. Elle sont protégées par la conscience qu'on a d'elles. Et puis, sauf lorsqu'on tombe sur un sadique, c'est souvent parce qu'on cherche le conflit, ou qu'on l'accepte, que l'on est blessé. 

Il suffit de ne pas prendre de plein fouet n'importe quel choc, de ne pas chercher à s'assurer de sa valeur dans le regard de l'autre. Il faut avoir cette part d'égoïsme ( sans connotation négative) et d'estime de soi qui assure une certaine intégrité. A part par une trahison, on est rarement blessé si on n'est pas, à la base, ouvert aux coups de couteaux (émotionnels). 
Entre l'exhibition et la fermeture complète, il faut savoir doser.

Après, il y a être ouvert et être envahissant. Effectivement, pour rentrer dans certaines normes, dont certaines sont nécessaires pour vivre en communauté, on ne peut pas exprimer tout ce qu'on voudrait. Mais rien n'empêche d'être ouvert, d'accueillir l'autre. Faut simplement veiller à ne pas le kidnapper de force x)

Alors, Nuit, les résultats du brevet?? 

Je reviendrai plus tard approfondir ma def d'immaturité (j'irais piocher chez d'autre gens un peu plus clairs que moi), si ça t'intéresse toujours, et ce que j'avais esquissé comme idée sur comment l'utiliser comme force. 
Mais là, j'ai trop faim pour continuer x)

A très vite! :)
avatar
Artémisia

Féminin Messages : 17
Date d'inscription : 27/06/2017
Age : 16

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions sur la maturité, l’immaturité et autres concernant ça

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum