Les défis de la vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les défis de la vie

Message par Voguerêve le Mer 11 Oct 2017 - 7:42

Quand je vois la section du forum sur les expériences, les débats sur la progression, une question me viens. Pourquoi certaines personnes cherchent-elles à s'imposer des épreuves supplémentaires ? Il me semble que la vie nous met en face d'épreuves en permanence, pourquoi demander plus que sa part ?

Je pense être dans une des situation les moins problématique qui puisse être, homme blanc hétérosexuel athée, en France, fils d'une famille aisée et aimante. Pourtant il me semble que je fais face quotidiennement à des défis à la limite de mes capacités, que je ne pourrais pas en faire plus.

Il me semble raisonnable de penser que les personnes du forum recherchant la progression ont une vie plus difficile que la mienne, d'où peut bien provenir la force de se mettre encore plus en difficulté ? D'où viens l'énergie et le temps pour le faire ?

Et puis pour quels bénéfices ? Les défis que m'a apporté la vie naturellement ont été suffisant pour me faire plonger en dépression à plusieurs reprise, n'est il pas risqué de se rajouter volontairement des obstacles ?

Suis-je le seul que la vie quotidienne amène à ses limites ?


J'ouvre ce sujet en mode partage, je voudrais connaître vos avis et ressenti vis à vis des interrogations que je soulève.
avatar
Voguerêve
Maître Floc Floc

Masculin Messages : 154
Date d'inscription : 06/03/2013
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les défis de la vie

Message par Kaholu le Mer 11 Oct 2017 - 10:47

Je réponds dans deux jours (más o menos), dès que je peux plus me poser! :3

(oui, ce post est juste un mémo pour moi... Sinon j'oubliiie ><)
avatar
Kaholu
Arpenteur de la Voie

Messages : 53
Date d'inscription : 08/05/2017
Localisation : Dans ta tête

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les défis de la vie

Message par Serpio le Mer 11 Oct 2017 - 11:09

Allez, je me lance. :D

Vogue a écrit: Pourquoi certaines personnes cherchent-elles à s'imposer des épreuves supplémentaires ?

Déjà, perso je m'impose pas d'épreuves supplémentaire. En fait, je ne vis ça ni comme une imposition, ni comme des épreuves, ni comme du supplément. C'est jouer sur les mots mais je crois que c'est important de comprendre que l'important n'est pas ce que l'on (je) fais, mais pourquoi et comment. L'important n'est pas l'acte mais le rapport à celui ci.

Il est un paradoxe évident que je rencontre assez souvent: ma vie est à la fois difficile, et incroyablement facile. Difficile parce que je suis humain et qu'il m'arrive de faillir, d'échouer, de souffrir, de subir, etc...
Parce que mine de rien les choix de vie que j'ai fait me mènent d'eux même face à des expériences, des moments, des secondes ou des heures difficile.
Difficile émotionnellement, techniquement, comportementalement, bref, je fais pas la liste, t'as compris. ^^
Mais alors pourquoi demander plus?

Une partie de ma réponse vient avec l'autre volet du paradoxe: Ma vie est si facile...
Le fait d'avoir pas mal vécu, d'avoir bcp réfléchit, souffert, m'a permit à travers ma progression d'acquérir des compétences et surtout des mind-set, un état d'esprit tellement permissifs et adaptables que je suis limite capable de tout encaisser, sans en subir de séquelle grave.
Même mes genoux, qui pourtant auraient put me pousser à bout, ne font maintenant que me tirer une grimace de temps en temps.

Alors tu demande pourquoi progresser? pourquoi vouloir plus? Parce que le "plus" que je deviens (il faut garder à l'esprit que progresser c'est devenir meilleur, devenir meilleur c'est devenir quelque chose de mieux que ce que tu étais l'instant d'avant) aborde mieux la vie, a des actions plus efficace, plus optimale, plus plaisante!

j'aime progresser parce que grâce à ça je joue avec la vie et je m'en délecte tellement plus!

Mais ce n'est pas tout... (ce serait trop simple sinon).
Tu demande d'où viens l'énergie et le temps. Je te répond qu'en fait, peu importe l'énergie et le temps, j'ai pas le choix.

(je te renvois à ça: http://www.marcombres-shadho.com/t2696-quel-est-votre-element#52748)

Alors là comme ça, "j'ai pas le choix", ça fait un peu terrible.
En moins simplifié, il faut savoir que brûle en moi une envie, un désir profond et fort de pas rester en place. Peu importe ce que je suis (dans tous les cas je m'accepte), je veux changer, et en mieux de préférence. ^^

Je suis tellement attiré par le changement, par le renouvellement, que je pense que je ne peux faire autrement que progresser. Peu importe si j'ai le temps, peu importe si j'ai l'énergie, je DOIS progresser parce que c'est ce que je veux, c'est ce que mon être veux et à besoin, au plus profond de lui.

Je suis peut être un peu aidé par mon espèce d'hyper-activité cheloue, mais dans l'ensemble je ne pense pas que ce soit mon énergie qui m'ai permit de progresser autant, mais ma progression qui m'a permit d'avoir autant d'énergie.

Au fond de moi il y a comme constamment une envie d'exploser d'un coup tout ce qui est pour reconstruire en plus beau, plus fort, plus vraie, plus efficace, plus... plus.

Et surtout, je vois pas ça comme un mal! Pourquoi?
Parce que je l'ai choisit et l'accepte totalement, parce que c'est ce qui va le mieux avec ce que je suis. Depuis que j'ai fais ce choix, j'ai l'intime conviction que je suis ENTIER, pleinement moi et totalement heureux. (je pense pouvoir dire que je suis heureux depuis facilement trois ans. ^^)


Alors ces limites que me portent la vie, mais aussi celles que je cherche, contemple, puis dépasse, c'est ce qui me fait vivre. C'est mon essence, ma matière première. J'aime ça. Fort.

...

(mais si tu veux vraiment comprendre tout ça, je te met quelques liens qui, normalement, suffisent à comprendre. ^^)
Ouverture et adaptation
Dépassement
Réflexe et survie
Inspiration
Envol


____________________________________________________________________

Je pense commencer à comprendre que j'ai eu tords
Tremblements dans l'espace
Si sombre sont ces brumes qui entourent le chemin de nos pensées.
danser de manière raisonnable avec les émotions ne t’empêche pas de danser!  
Nous ne sommes pas seul à voir qu'il n'existe pas de partie remise
Des vies qui se somment pour faire demain, motivées par des ratés dont on ne s'est jamais plaint
Tandis que moi perché du haut de mon regard
Au rythme du murmure des grand chênes
Où conscience et inconscient se mélangent en des silences indécis. 
avatar
Serpio
Serpent Sha Dho

Masculin Messages : 1662
Date d'inscription : 29/05/2011
Age : 21
Localisation : Je n'y suis déjà plus...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les défis de la vie

Message par Meta- le Mer 11 Oct 2017 - 12:18

Pourquoi créer une progression par des causes "artificielles" plutôt que se contenter de celles que l'on rencontre déjà dans notre vie?



Vogue a écrit:"Il me semble que la vie nous met en face d'épreuves "

    Là, je ne suis pas d'accord. Les épreuves, les problèmes proviennent de nous-même (Je parle ici d'un point de vue psychologique). De manière caricaturale, ce n'est pas la vie qui te dit "Eh, tiens, voilà un problème pour toi!".
Nous vivons dans un environnement, avec des situations et des contextes qui peuvent être "limitants" selon notre subjectivité (notre construction personnelle etc...).
C'est donc notre propre perception qui va interpréter une situation, un contexte, un environnement comme limitant ou non.
C'est aussi une question de savoir être responsable, et trouver le problème en soi pour passer outre.
Un exemple concret; j'ai vécu une relation assez douloureuse il y a quelques années, puis encaissé une séparation; cela ne m'a pas empêché de remercier l'autre pour ce que j'ai pu vivre et découvrir. Je ne dit pas que c'est ce qu'il faut ou ne faut pas faire. C'est simplement pour illustrer qu'il est possible de trouver sa responsabilité, l'assumer et avancer malgré tout. Cela n'empêchant pas d'en tirer des leçons et faire de meilleurs choix par la suite. Gagner en finesse, en perception, en vigilance. C'est aussi ce que les épreuves difficiles peuvent nous apporter.


    Nous avons tous à faire face à des barrières, qui sont nous sont donc propres. On change pour les franchir. Les franchir nous permet d'être plus à l'aise, d'avoir une meilleure maîtrise de soi, et donc d'aller encore plus loin ainsi qu'en franchir d'autres plus aisément.
La progression nous permet d'accroître notre liberté, nous rendre meilleurs en nous-même et vivre pleinement.
C'est par le changement et la progression que je me sens vivre.

    Pour la recherche d'expériences spécifiquement, je verrais plus cela comme un éducatif.
Si changer, franchir des limites, être plus libre est difficile,
S'extraire de la paresse l'est plus encore.
Et donc, se prêter à des expériences, des défis à relever permet de créer un moteur. Une curiosité, Une volonté de faire plus, de se découvrir des limites et les franchir pour vivre davantage.
    Certains n'en n'ont pas besoin, d'autres plus besoin. Parce qu'ils ont déjà cette volonté ancrée en eux de ne pas rester assit en attendant d'être servit et de se lever pour aller courir.
Je ne juge personne, c'est simplement un fait. Chacun avance, arpente les chemins qu'il souhaite, à son rythme.

____________________________________________________________________

Meta a.k.a Nerwen


"- Éviter toutes pensées perverses
- Se forger dans la voie en pratiquant soi-même
- Embrasser tous les arts et non se borner à un seul
- Connaître la Voie de chaque métier, et non se borner à celui que l'on exerce soi-même
- Savoir distinguer les avantages et les inconvénients de chaque chose
- En toute choses, s'habituer au jugement intuitif
- Connaître d'instinct ce que l'on ne voit pas
- Prêter attention au moindre détail
- Ne rien faire d'inutile"

Miyamoto Musashi; les 9 principes.
avatar
Meta-
The Juge

Féminin Messages : 1536
Date d'inscription : 04/09/2010
Localisation : Là-bas

http://www.apaoc.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les défis de la vie

Message par Kathalqa Sarr le Mer 11 Oct 2017 - 18:14

Je préfère prévenir, je répond sur le vif, sans tenter de refréner mes mots ou de prendre du recul.


Je tente de reformuler ce que tu dis, corrige moi si je me trompe: n'arrives tu pas à t'imposer des épreuves supplémentaires, ou ne le veux tu pas ? 
Quelle que soit la réponse, je ne juge pas. Chacun a son point de vue, on ne fonctionne pas tous pareil (ça serait foutrement triste sinon). 


Ma réponse est un peu complexe. Pour ma part, cette volonté vient sans doute d'une période de ma vie. On me forçait à me mettre sans cesse face à mes limites sans que je le demande, on les pointait du doigt et on appuyait dessus. Comme une revanche sur la vie, j'ai voulu me montrer que je n'étais pas confinée à ces limites, dont j'avais moi aussi fini par me persuader (alors que différent ne veut pas dire limité). 

Ce que je pensais enrichissant comme un but s'est révélé bien plus épanouissant comme un parcours. Une sorte de voyage initiatique à travers moi même, qui m'a fait découvrir des facettes de moi encore plus acharnées et plus "je veux vivre". Un "je veux vivre" ancré au plus profond de moi, que j'avais perdu. Au final, les épreuves l'ont juste fait ressortir. Peut-on alors dire que cela vient de mon caractère ? Je n'en ai aucune idée, mais je ne m'y risquerai pas. Je pense qu'il faut une dose gigantesque de souffrance pour annihiler l'envie de vivre chez quelqu'un. Sans doute moins pour la cacher, en revanche.


Le bonheur (désolée pour ceux qui n'aiment pas ce mot) de se découvrir jour après jour plutôt que d'avoir peur de la chute (en gros hein, j'ai encore plein de blocages) est devenu archi-addictif. Ceux qui me connaissent aujourd'hui n'ont aucune idée de où je suis partie. On m'a par exemple dit "toi ? Stressée ? T'as pas l'air". Alors que cinq ans auparavant j'étais en PLS à l'idée de prendre la parole devant plus de deux personnes. 

Tu dis que les défis que t'a apporté la vie ont suffi à te plonger en dépression. Je comprends. Ô combien. Et justement, c'est l'envie d'un "plus jamais" qui me pousse encore à avancer, pour pouvoir m'enrichir. Pour pouvoir redonner. Pour pouvoir offrir ce que j'aimerais que l'on m'offre. J'ai trouvé dans le don une forme d'accomplissement qui m'a laissée pantoise.

Le déclic s'est fait pour ma part quand j'ai passé le "j'ai peur d'échouer" à "tant pis, essaye quand même" puis enfin à "imagine si tu réussis".



J'écris de manière bien plus instinctive que réfléchie, plus "sentimentale" que scientifique. Bien plus engagée qu'objective. Mais n'hésite pas à reprendre mes phrases et à me contredire si ton avis diffère, ou si quelque chose n'est pas clair.
avatar
Kathalqa Sarr
Arpenteur de la Voie

Féminin Messages : 88
Date d'inscription : 24/03/2017

https://lapageetlemot.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les défis de la vie

Message par Méthélen le Jeu 12 Oct 2017 - 12:35

Pour te répondre simplement, de mon point de vue, la vie est bien trop clémente avec nous... Aucune lutte n'est nécessaire à notre survie alors même que nous somme le résultat d'une drastique sélection dont c'était l'objectif. Je ressens ce manque au fond de moi, et je ne peu m'empêcher de vouloir reproduire ce pourquoi je suis la. Les épreuves ne viennent pas à moi? J'irais donc à elles.
avatar
Méthélen
Arpenteur de la Voie

Masculin Messages : 79
Date d'inscription : 24/08/2017
Localisation : La ou mon esprit me guidera

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les défis de la vie

Message par Laélys le Jeu 12 Oct 2017 - 21:58

C'est une question de méthode
Quand tu as un grand problème tu le découpes en petits problèmes, ou tu vas chercher d'autres petits problèmes pour te préparer au plus grand
avatar
Laélys
Arpenteur de la Voie

Féminin Messages : 574
Date d'inscription : 10/02/2012
Localisation : En quête

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les défis de la vie

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum