S'accepter, et vouloir changer ?

Aller en bas

S'accepter, et vouloir changer ?

Message par inari le Mer 4 Avr 2018 - 15:52

Quand je suis arrivée sur ce forum, l'une des premières questions qu'on m'a posé est : "Qui es-tu ?"
Malheureusement, la réponse "je suis moi" ne suffisait pas. Et donc, depuis le début j'ai cherché à comprendre qui j'étais, à ne plus être "paumée" dans la vie, à trouver ma voie. Je me suis remise en question, et j'ai remis en question le monde qui m'entoure. Cette remise en question m'a poussé à changer ma manière d'être et de faire sur plusieurs points, au fur et à mesure que je faisais face à des blocages ou à des réflexes qui ne me plaisaient pas. Le principe de la progression pousse selon moi à adapter notre manière de faire les choses, pour l'optimiser sur les aspects qui nous intéressent.


Cependant, je n'arrive pas à déterminer où se trouve la limite, entre acceptation de soi et volonté de changer.


Selon moi:
- C'est important de comprendre nos fonctionnements, et de les accepter (dans le sens "ne pas se voiler la face") afin de savoir qui on est, ce que l'on est capable de faire.

- C'est important de chercher à progresser, de remettre en question nos manières de faire afin de les optimiser et d'atteindre nos objectifs.

Alors, comment savoir où s'arrête le premier point et où commence le second ?


Parce que souvent, le fait de dire "je suis comme ça, et tant pis" ressemble plus à une excuse pour ne pas faire l'effort d'essayer de changer.
Mais le fait de toujours se remettre en question peut faire perdre de vue "qui on est", nous donner l'impression de ne pas avoir de bases sur lesquelles se reposer.


Par rapport à ce sujet, j'aime bien la théorie de l'état d'esprit fixe vs l'état d'esprit de développement :
https://www.youtube.com/watch?v=YWO8oECzDjI&feature=youtu.be


http://www.simpleslide.com/2013/04/28/etat-desprit-fixe-et-etat-desprit-de-developpement/


Pouvez-vous m'aider à définir cette limite entre le fait de s'accepter, et celui de vouloir progresser et changer ? Ou simplement donner votre avis, si selon vous cette limite n'existe pas. Merci ^^
avatar
inari
Arpenteur de la Voie

Féminin Messages : 67
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 21
Localisation : nulle part

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'accepter, et vouloir changer ?

Message par Kathalqa Sarr le Mar 17 Avr 2018 - 14:38

Malgré mon absence flagrante, il m'arrive parfois de repasser ici, et je suis bien attristée de voir que ton post n'a soulevé aucune envie de partage...

Je peux te donner ma vision des choses, si cela peut t'aider. Elle n'est pas universelle, loin s'en faut. Il y a plus de 7 milliards d'êtres humains sur Terre et tout autant d'opinions. Il te faudra construire la tienne pièce par pièce :).

De ma petite vie lointaine, j'ai pu évoluer sur le long chemin de l'acceptation de soi. Et j'ai fait d'énormes progrès. Je n'aime pas parler de règles, aussi je vais employer le mot "processus" qui me convient mieux. 
Le processus qu'il m'a fallu intégrer (et il a fallu énormément de temps) c'est que pour changer une chose en soi, il faut l'accepter. Acceptation et changement ne s'opposent pas, ne coexistent pas. Ils s'interdépendent, même si ce mot n'existe pas.

Avant d'aller plus loin, je souhaite soulever un point. Je veux, pour ma part, évoluer de manière douce avec moi même. Mon but est et a toujours été de m'aimer plus, et d'avancer en accord avec moi même sans brusquerie. Je me mets parfois des coups de pied au cul (pardonnez l'expression) mais ô grand jamais, si je le peux, je ne vais me forcer à changer par la violence. Comprends tu ce que je veux dire ? Je veux que mon changement soit source de souvenirs exclusivement positifs, et pas le résultat d'un forcing.
Je veux m'ouvrir des portes, pas les fermer. Je veux panser des blessures jusqu'à ce que les cicatrices soient inexistantes, pas cautériser en laissant des stigmates irréversibles. 

Chacun son choix, quel qu'il soit, chacun ses envies. Les miennes m'ont conduites au yoga, à la douceur extérieure et à la force intérieure. Certes pas à la mollesse. Les mots me manquent pour exprimer mes sensations, et l'intermédiaire froid d'un écran te transmettra hélas un message bien plus sec que ce qu'il n'est en réalité.



Je reviens donc à l'idée de départ. Si jamais ce fonctionnement t'évoque quelque chose, tu arriveras un jour à la même conclusion que moi. Pour te changer, il te faut t'aimer.
C'est fou, hein ? 
Pourquoi ? Parce ce que tu n'aimes pas fait partie de toi. Ce que je n'aime pas encore chez moi fait partie de moi. Ce sont justement ces cicatrices. Ce que je n'aime pas de moi est la conséquence de mon parcours de vie, des réponses mises en place par mon corps et mon esprit à tout un tas de stimuli extérieurs ou à mes propres pensées. 

Sauf que comme toute cicatrice, tu ne peux pas l'enlever en arrachant la peau autour. Il faut au contraire la guérir, en prendre soin. Chercher les causes, si elle ne guérit pas. J'ai longtemps eu peur de mon impulsivité. Sous le coup de la colère (rare, mais si violente) j'ai des mots atroces, des gestes qui le sont tout autant. Je rejette, je frappe, je m'enferme dans un monde rouge dont je ne sors que quand je suis épuisée. J'emmagasinais en moi mes peurs, mes peines et mes frustrations jusqu'à l'explosion.

Et à ton avis, quand on dit à quelqu'un d'énervé "mais calme toi p*t**n !!", ça fait quoi ? Ben ça fait encore pire. Et c'est ce que l'on fait quand on a un truc en nous qui nous plait pas. On fait "mais change ça à la fin, c'est pas croyable ! T'es vraiment pas doué c'est pas possible". 
Bah mon p'tit chat, ça fait tout l'effet contraire ! L'idée est de désamorcer la tension qui monte face à ce que tu n'aimes pas. De dédramatiser la situation à force de "ce n'est pas grave". Au début t'as l'impression que ça fait rien, ça peut durer des mois, et puis un jour tu verras que ce n'est réellement plus si grave que ça pour toi. Et à partir de là tu pourras te dire "on essaie de faire un peu mieux ".

Tu ne peux pas passer de "je déteste" à "j'adore tout chez moi". C'est pas tout noir ou tout blanc. Avant de changer un truc négatif, faut déjà le repasser par le neutre. Parce que en même temps, tu comprends que ce que tu es, ben ça pue pas tant que ça. Même que des trucs que tu détestais, tu peux venir à les aimer et à mieux les contrôler, au lieu de les changer. 

Je m'énerve beaucoup moins. J'ai appris à désamorcer mes colères, à exprimer mes peurs plutôt que les refouler, et à en parler avec les bonnes personnes. De les dédramatiser, mais pas de les mépriser (ça marche pas non plus hein). Et pourtant je sais utiliser cette puissance en moi quand il le faut maintenant, pour défendre ce qui me tient à coeur quand la bienveillance ne suffit plus.
avatar
Kathalqa Sarr
Arpenteur de la Voie

Féminin Messages : 133
Date d'inscription : 24/03/2017

https://lapageetlemot.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'accepter, et vouloir changer ?

Message par Obéron le Mar 17 Avr 2018 - 23:45

Merci Kathalqa Sarr Pour ton retour.
Inari, si ce n'est pas fait bientôt relance moi je te répondrais !

____________________________________________________________________

Ne confonds pas le rêve et l'Imagination. Si le premier vient à toi de son propre chef, c'est volontairement que tu décides d'arpenter la deuxième. Cela peut s'avérer périlleux, j'en ai fait l'amère expérience, mais les possibles sont trop nombreux pour que tous débouchent sur des impasses.
Pierre Bottero Les Âmes Croisées
avatar
Obéron
Moine Sha'Dho

Messages : 426
Date d'inscription : 10/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'accepter, et vouloir changer ?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum