Objectifs, volonté, envie et discipline

Aller en bas

Objectifs, volonté, envie et discipline

Message par nuages le Mer 14 Nov 2018 - 0:56

Objectifs, volonté, envie et discipline


Introduction : J'ai envie de partager avec toi mes réflexions sur les différents liens entre volonté et motivation. J'ai besoin de comprendre ce qui oriente ma progression et mes envies et de trouver des moyens de faire les choses qui me passionnent le plus et de ne plus fuir la discipline.

Objectifs et volonté

Pour construire ton identité, donner un sens à ta vie, te rendre utile aux autres, par passion des défis, par nécessité diverses ou pour d'autres aspirations démoniaques, y se peut que tu aies un objectif (une tâche à accomplir, une situation à changer ou toi-même changer).
Certains objectifs nécessitent beaucoup d'investissement en matière de temps ou d'énergie. Y peuvent être durs à réaliser, car souvent l'envie initiale change, d'autres envies se présentent ou des obstacles extérieurs se rajoutent de manière imprévisible. La volonté dans sa forme endurante, que l'on peut aussi appeler détermination, rentre en jeu. D'autres objectifs se situent dans l'action et requièrent une volonté plus spontanée et puissante.
La volonté, sorte d'énergie psychique, se dirige par nos émotions. Or, ces dernières sont une matière modulable, issues de pensées émergeant de notre esprit de façon plus ou moins assumée et prenant des teintes différentes suivant notre environnement et notre état physique.
Comment alors prendre soin de soi et choisir un environnement et un mode de vie favorisant une volonté puissante et endurante ?

Comment fortifier sa volonté puissante ?

La volonté dans sa forme puissante et spontanée me semble particulièrement reliée au stress, lui-même lié à la pression d'accomplir et à la peur. Y sera plus évident d'en avoir quand la situation satisfait nos besoins en confort, exempte de risques pour son intégrité physique ou morale*. Envisager de sortir de sa zone de confort a tendance à déranger l'esprit, à être perçu comme une menace. L'exposition au stress peut être bénéfique ou traumatisante, suivant l'état actuel de notre volonté. L'habitude de s'exposer à des situations modérément stressantes permet par l'expérience de trouver des solutions pour se rassurer et se convaincre de ses capacités. Néanmoins, une surexposition au stress peut affoler l'esprit au point de provoquer des blocages, des traumatismes qui feront fuir les situations similaires, même de moindre intensité. Les blocages peuvent en plus devenir frustrations d'incapacité et limiter nos objectifs non-immédiats (à court, moyen ou long termes).

*Ce que je nomme intégrité morale correspond à un bien-être affectif lié à un statut social valorisant et satisfaisant, l'humiliation étant une atteinte à celle-ci.

Et sa détermination ?

La détermination, désirable pour accomplir des objectifs non-immédiats est donc, quant à elle, impactée négativement par nos frustrations d'incapacité. Les blocages deviennent frustrations quant on ne s'en libère pas et qu'ils s'accumulent en s'imbriquant, allant jusqu'à constituer un mur mental.
Outre ces problèmes-ci, il y a celui de la gestion de ses envies et de la place à leur accorder en fonction de ses priorités et de son équilibre. Les désirs les plus rapides et faciles à assouvir doivent partager notre disponibilité avec ceux plus exigeants en temps ou en énergie. Un certain équilibre (ou discipline) doit être trouvé pour ne pas se retrouver avec un autre type de frustration, celui de perte de contrôle de soi-même.
Nos objectifs plus difficiles et longs à accomplir sont souvent plus épuisants. Y faut donc veiller à ne pas s'en dégoûter en prenant des moments pour se détendre et se reposer. Cependant, trop favoriser les activités de détente peut faire perdre de vue ses autres objectifs et son identité, son sentiment de donner un sens à sa vie, voire ne plus leur faire remplir un rôle de détente. Y faut donc trouver des moyens de les réduire aux moments où l'on en a besoin et de les choisir avec soin, certaines étant si immersives et attractives qu'elles en deviennent addictives et créent des dépendances et des refuges affectifs piégeurs.

Quelles étaient et sont devenues mes détentes addictives ?

Moi, c'est les jeux vidéo, depuis tou_ jeune. Je jouais à pokémon dès que l'occasion se présentait, que ce soit sur ma console dans mon lit, aux chiottes ou à l'école en plein cours...
Mon manque affectif et mon exclusion sociale étaient compensés, le temps perdu à m'ennuyer en « prisons » pour mineurs aussi. Puis j'ai découvert les vidéos de divertissement youtube et les séries. Regarder et écouter d'autres que moi jouer à des jeux, surtout en groupe ou à des jeux inconnus, me captivait. Je ne faisais plus certaines activités par ma simple envie, mais surtout pour faire bonne figure, répondre à des attentes. Tout ce temps gâché, que j'aurais pu utiliser pour progresser dans de nombreux domaines intéressants...
Actuellement, je suis en train d'arriver à prendre le dessus sur ces habitudes néfastes. Je privilégie des activités de détente plus courts et sur d'autres activités telles que la lecture, de la marche, faire des ricochets sur l'eau... Voyager m'a beaucoup aidée_, n'ayant plus accès aux distractions virtuelles. Nouer des liens d'amitié aussi.

Voilà, je te laisse la place !
avatar
nuages

Messages : 10
Date d'inscription : 12/11/2018

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum